L'or grimpe, prisé pour ses qualités de valeur refuge

Le prix de l'once d'or est monté vendredi... (Photo Yuya Shino, Reuters)

Agrandir

Le prix de l'once d'or est monté vendredi à 1388,11 dollars, son niveau le plus élevé en six mois.

Photo Yuya Shino, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alice DORE
Agence France-Presse

Les cours de l'or ont nettement progressé cette semaine, du fait d'un afflux d'investisseurs en quête de sécurité en raison d'inquiétudes sur la situation en Ukraine, mais surtout sur la vigueur de la croissance économique en Chine.

Le prix de l'once d'or est monté vendredi à 1388,11 dollars, son niveau le plus élevé en six mois, et point culminant d'une semaine qui l'a vu voler de sommet en sommet.

«L'attention (des marchés) se concentre sur la Chine alors que s'intensifient les inquiétudes sur la santé de la deuxième plus grosse économie au monde», a relevé Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com.

Le cours du métal jaune avait connu en fin de semaine dernière un léger accès de faiblesse suite à la publication de chiffres de l'emploi aux États-Unis un peu meilleurs que prévu, mais a repris le chemin de la hausse dès lundi, suite à la publication d'indicateurs chinois décevants, dont un déficit commercial surprise en février.

Au fil de la semaine, d'autres données sont venues conforter les inquiétudes des investisseurs sur la vigueur de la croissance de l'économie chinoise, vue comme le moteur de la croissance mondiale, notamment une progression médiocre de la production industrielle en janvier, la plus faible en cinq ans.

À ces mauvaises statistiques sont venues s'ajouter les craintes que d'autres sociétés chinoises ne fassent défaut sur le paiement de leurs obligations.

De plus, les investisseurs se sont inquiétés de l'escalade des tensions en Ukraine et surtout dans la péninsule séparatiste de Crimée où doit se tenir dimanche un référendum en vue de son rattachement à la Russie.

Ainsi, l'or, vu comme la valeur sûre de référence par de nombreux investisseurs, a profité d'une hausse de la demande pour les valeurs refuges, se sont accordés à dire de nombreux analystes.

Les investisseurs spéculatifs se sont donc tournés en masse vers les ETF (fonds d'investissement adossés à des stocks physiques d'or).

«La hausse du prix de l'or semble ainsi très majoritairement alimentée par de la spéculation», tandis que «les acheteurs de métal jaune physique font preuve de retenue», laissant entrevoir que ce rebond - qui n'est pas soutenu par les fondamentaux du marché (offre et demande de métal) - pourrait connaître sous peu une correction à la baisse, ont prévenu les analystes de Commerzbank.

Les achats de métaux précieux étaient aussi favorisés par un accès de faiblesse du dollar, tombé jeudi à son niveau le plus faible depuis fin octobre 2011 face à l'euro. En effet, l'affaiblissement du billet vert rend moins onéreux et donc plus attrayant les achats de métaux précieux, libellés en dollar, pour les investisseurs munis d'autres devises.

L'argent, considéré comme une alternative bon marché à l'or, a évolué dans son sillage, tombant lundi à 20,61 dollars l'once (son plus bas niveau depuis mi-février), avant de se reprendre au fil de la semaine, pour atteindre vendredi 21,79 dollars (son niveau le plus fort en deux semaines) puis finir presque à l'équilibre par rapport à vendredi dernier.

Les prix des platinoïdes restent élevés

Les métaux platinoïdes ont également restés soutenus cette semaine, même si le platine s'est stabilisé après avoir atteint la semaine précédente un plus haut en six mois (1489,75 dollars l'once).

«La grève dans les mines platine en Afrique du Sud entre dans sa huitième semaine, et aucune issue n'est en vue», ce qui devrait continuer de soutenir les prix, car les stocks des producteurs risquent de rapidement s'épuiser, ont prévenu les analystes de Commerzbank.

Le palladium est lui monté vendredi à 786,70 dollars l'once, un sommet depuis début septembre 2011, porté par les chiffres robustes des ventes de voitures en Chine publiés en début de semaine.

«Comme le marché des voitures en Chine est majoritairement composé de véhicules fonctionnant au diesel, cela implique une demande robuste de palladium (utilisé pour la fabrication des pots catalytiques) et comme des inquiétudes sur l'offre demeurent, les prix du palladium devraient rester soutenus», ont estimé les experts de Commerzbank.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer