É.-U.: les autorités s'inquiètent de l'inflammabilité du pétrole de schiste

Selon le département américain des Transports (DoT), le... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon le département américain des Transports (DoT), le pétrole extrait des gisements de schiste du bassin de Bakken, dans le nord des États-Unis, est probablement «plus inflammable que le pétrole brut traditionnel».

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le département américain des Transports (DoT) a prévenu jeudi que le pétrole extrait des gisements de schiste du bassin de Bakken, dans le nord des États-Unis, était probablement «plus inflammable que le pétrole brut traditionnel».

Le département américain des Transports (DoT) a prévenu jeudi que le pétrole extrait des gisements de schiste du bassin de Bakken, dans le nord des États-Unis, était probablement «plus inflammable que le pétrole brut traditionnel».

L'agence de sécurité des oléoducs et des matériaux dangereux (PHMSA), qui fait partie du DoT, a publié jeudi un «avertissement» pour «signaler au grand public, aux personnels d'urgence ainsi qu'aux transporteurs que les récents déraillements et les incendies qui s'en sont suivis indiquent que le type de pétrole brut qui vient de la région du (gisement de schiste de) Bakken est peut-être plus inflammable que le pétrole brut traditionnel».

«D'après des inspections préliminaires conduites après les récents déraillements dans le Dakota du Nord, en Alabama» et au Québec, impliquant du pétrole brut du gisement de Bakken, la PHMSA «requiert de tester correctement, signaler et classifier, et quand c'est nécessaire de dé-gazéifier suffisamment les matériaux dangereux avant leur transport», ajoute cet avis.

Trois déraillements de train, deux aux États-Unis et un au Canada, se sont traduits par de graves incendies ces six derniers mois.

La ville de Lac-Mégantic au Québec a été victime en juillet d'un incendie dévastateur après le déraillement d'un train fou transportant du pétrole de schiste en provenance du bassin du Dakota du Nord et de la formation de Bakken, qui enjambe les États-Unis et le Canada.

L'incendie avait tué 47 personnes et entraîné l'évacuation de 2000 résidents.

En novembre, un autre incendie à la suite du déraillement d'un train a eu lieu dans l'Alabama.

Lundi, un troisième train de fret transportant du pétrole brut a déraillé et explosé dans le Dakota du Nord, provocant des fumées toxiques et l'évacuation de certaines zones alentour.

Les autorités s'inquiètent de la sécurité du transport par rail de pétrole en provenance du nord des États-Unis et de la formation de Bakken en général.

Depuis 2007, l'exploitation du gaz de schiste aux États-Unis s'accélère de façon exponentielle mais les oléoducs jusqu'alors inexistants vers ces régions n'ont pas suivi, les groupes pétroliers se reposent donc sur le transport par route et par rail.

Les autorités canadiennes avaient dès le mois de septembre dénoncé le fait que le pétrole transporté aurait dû être signalé comme matériel dangereux et non pas seulement inflammable.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer