Encore modeste, l'incursion de Gaz Métro dans l'hébergement de données informatiques prendra rapidement de l'envergure, puisque le secteur d'activités pourrait croître de 30% d'ici 2017.

Publié le 23 nov. 2013
André Dubuc LA PRESSE

L'objectif à terme de Kolotek, appartenant à Gaz Métro Plus, la filiale des activités non réglementées du distributeur gazier, est de devenir l'un des trois plus importants centres de données du Québec. La croissance se fera toutefois en temps et lieu. «Il faut toujours que je sois profitable», prévient son directeur général Yvan Lefebvre, en entrevue.

Le centre de données de Kolotek, actuellement de 7000 pieds carrés, pourrait dépasser les 90 000 pieds carrés dans les prochaines années. «Nous sommes propriétaires du bâtiment. C'est pratique pour l'expansion», dit M. Lefebvre, 54 ans.

Environ 60 000 pieds carrés de locaux actuellement en location vont se libérer d'ici trois ans dans le bâtiment qu'occupe Kolotek. L'entreprise a aussi la possibilité de construire jusqu'à 30 000 pieds carrés additionnels sur son terrain demain matin, au besoin.

Gaz Métro oeuvre dans l'industrie des centres de données depuis 2009. «On avait une opportunité. On avait déjà des infrastructures. On a du pied carré. On a une génératrice. J'ai fait un petit plan d'affaires, et on a dit: pourquoi pas?», raconte l'informaticien de formation, qui travaille chez Gaz Métro depuis 12 ans.

Croissance en vue

La croissance frénétique du trafic sur l'internet l'aidera à atteindre ces objectifs ambitieux. Il est prévu que le marché de l'entreposage de données croîtra de 30% d'ici 2017, d'après une analyse de marché citée par M. Lefebvre, dont il préfère ne pas divulguer l'origine.

Kolotek ouvrira le mois prochain une nouvelle salle de serveurs de 5000 pieds carrés.

Lors de notre visite chez Kolotek, le 15 novembre, les travaux d'aménagement allaient bon train. Les fournisseurs s'affairaient sur place. Trois climatiseurs géants étaient arrivés. Les deux chambres électriques étaient sur le point d'être mises en place. À l'extérieur de l'immeuble, un podium de béton attendait de recevoir la seconde génératrice.

La nouvelle salle nécessite un investissement de 4 millions. Elle deviendra le premier centre de données de la région montréalaise à obtenir la certification Tier III du Uptime Institute, organisme américain de normalisation dans l'industrie des technologies de l'information.

Cette marque de reconnaissance signifie que le centre d'hébergement de données a démontré sa capacité à offrir un service en parfaite redondance en électricité et en climatisation pour sa clientèle, ce qui assure une plus grande robustesse.

Le centre de données est desservi par une double entrée électrique, chacune étant munie d'une batterie et d'une génératrice. En conséquence, la certification reconnaît la capacité de l'entreprise à effectuer l'entretien de ses équipements sans interrompre la climatisation ni l'alimentation électrique.

«Dans l'industrie, tout le monde se dit Tier III, souligne M. Lefebvre. Quand on le sait, c'est lorsqu'une panne survient. Moi, je suis allé me faire certifier.»

Ailleurs au Québec, Telus exploite un centre Tier III à Rimouski depuis l'automne 2012. Mercredi dernier, la société COLO-D annonçait le début des activités d'un futur centre de données Tier III de 68 000 pieds carrés dans les anciens locaux de Disque-Améric à Drummondville au coût de 35 millions.

L'importance de l'entretien des installations

Tout comme COLO-D, Kolotek offre un service de colocation. «En gros, j'offre de l'infrastructure. Des clients viennent porter leurs serveurs ici. C'est leur main-d'oeuvre qui vient travailler ici, qui vient faire la mise à niveau des logiciels», explique M. Lefebvre.

C'est différent des services d'infogérance des technologies de l'information offerts par les IBM et CGI, par exemple.

«Le secret pour la qualité des infrastructures, c'est de faire l'entretien des machines, insiste-t-il. La climatisation, on en fait l'entretien quatre fois par année. La génératrice, je fais des essais chaque semaine», poursuit-il.

Une salle de 5000 pieds carrés peut recevoir jusqu'à 4000 serveurs approximativement. Les clients signent un contrat de location de trois à cinq ans. Le loyer mensuel varie de 1000 à 2500$ par mois, selon la consommation d'électricité du client. Le tarif fixe est garanti pendant la durée du contrat.

Kolotek en un coup d'oeil

Centre d'hébergement de données

Propriétaire: Gaz Métro Plus (100%)

Création: 2009

Emplacement: Boucherville

Superficie: 7000 pieds carrés

Revenus prévus en 2014: de 2 à 3 millions

Employés: 3

Clients: 25 (2013)