Source ID:; App Source:

Nette hausse du pétrole à New York

Les cours du pétrole ont fini en nette hausse lundi à New York, soutenus par... (Photo d'archives)

Agrandir

Photo d'archives

La Presse

Les cours du pétrole ont fini en nette hausse lundi à New York, soutenus par une baisse du dollar qui rendait le brut plus attractif et l'attente d'un maintien de la politique très accommodante de la banque centrale américaine (Fed) après de mauvais chiffres aux États-Unis.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en juillet a avancé de 1,48 dollar à 93,45 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 102,06 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 1,67 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

L'or noir a nettement rebondi en ce début de mois de juin après avoir terminé mai sur une forte chute qui l'avait emmené sous le seuil de 92 dollars le baril pour la première fois en quatre semaines.

«Le marché était trop vendu vendredi et une correction technique à la hausse était à attendre», a noté Bob Yawger, de Mizuho Securities. «Et lorsque les données économiques, plutôt mauvaises, ont été publiées, le bon maintien du marché actions, et notamment de l'indice Dow Jones, a aidé le marché à se maintenir», a-t-il expliqué.

L'activité des industries manufacturières américaines s'est contractée en mai pour la première fois depuis novembre, selon un indice publié par l'association professionnelle ISM qui s'est établi sous le seuil de 50%, marquant la limite entre hausse et contraction de l'activité, pour la première fois depuis six mois.

D'autre part, dans la construction aux États-Unis, les dépenses ont moins progressé que prévu en avril, avançant de 0,4% sur un an par rapport à mars, soit moins de la moitié de la hausse attendue par les analystes (+1,1%).

Ces «chiffres ont fait baisser le dollar contre les grandes devises mondiales, ce qui a soutenu par richochet le secteur des matières premières, avec le brut, les métaux et les céréales notamment», a relevé Rich Ilczyszyn, de iiTrader.com.

En effet, les aides de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui ont pour effet de diluer la valeur du billet vert par le biais d'injections de liquidités dans le système financier américain, sont conditionnées à l'amélioration de la conjoncture américaine.

En conséquence, tout signe montrant les hésitations de la reprise tendent à renforcer la devise américaine, faisant douter les investisseurs de la santé de l'économie américaine.

D'autre part, sur le front de l'offre «le marché surveille l'arrivée éventuelle d'une tempête tropicale sur le golfe du Mexique dans les prochains jours», susceptible de perturber l'approvisionnement en brut en provenance de la région, a ajouté M. Ilczyszyn, ce qui soutient les cours.

Les investisseurs regardaient aussi du côté du Moyen Orient, craignant des perturbations de l'approvisionnement en brut dans la région «alors que la violence monte d'un cran en Irak, le conflit s'enfonce en Syrie et qu'un vent de révolte souffle sur la Turquie», a résumé Matt Smith, de Schneider Electric.

La Turquie était le théâtre depuis vendredi d'affrontements entre policiers et manifestants hostiles au Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qu'ils accusent de dérive autoritaire.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer