Les Territoires du Nord-Ouest (TNO) entretiennent de grandes ambitions hydroélectriques et leur premier ministre, Robert McLeod, songe à faire appel à l'expertise québécoise.

Mis à jour le 31 janv. 2013
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Le gouvernement des TNO évalue à environ 11 000 mégawatts le potentiel hydroélectrique sur son territoire, soit presque l'équivalent de la production de la Baie-James au Québec ou des Chutes Churchill à Terre-Neuve et Labrador. Mais pour développer ce potentiel, le gouvernement devra conclure des ententes avec le secteur privé et solliciter l'expertise de géant comme Hydro-Québec ou d'autres sociétés d'État.

D'ici un an, le gouvernement accouchera d'un plan de développement hydroélectrique et cognera à la porte du gouvernement fédéral et d'entreprises désirant investir dans cette énergie renouvelable, a indiqué le premier ministre dans une entrevue à La Presse Affaires.

À l'heure actuelle, seulement 0,5% du potentiel hydroélectrique des TNO est exploité. Ce dossier est devenu prioritaire pour les TNO pour plusieurs raisons. D'abord, de nouveaux projets hydroélectriques permettraient de réduire la dépendance du Nord au carburant diesel, de réduire les coûts d'exploitation des entreprises et le coût de la vie des résidents du territoire.

Ensuite, ils permettraient de réduire les émissions de gaz à effet de serre. À titre d'exemple, si on doublait la capacité de transport d'électricité de l'actuelle centrale hydroélectrique sur la rivière Taltson (18 mégawatts), on éviterait d'utiliser 114 millions de litres de diesel par année, ce qui se traduirait par une baisse des émissions de gaz à effet de serre de 320 kilotonnes.

Enfin, ces projets pourraient produire suffisamment d'électricité pour alimenter des provinces limitrophes comme l'Alberta et la Saskatchewan. «Nous avons déjà quelques infrastructures hydroélectriques qui nous ont été léguées par l'industrie des diamants. Alors, la majorité des résidants du territoire ont accès à de l'hydroélectricité. Le potentiel est énorme. Mais il s'agit de gros projets qui nécessitent de gros investissements. Notre population compte seulement 43 000 habitants. Pour développer notre potentiel hydroélectrique, il faudra donc conclure des partenariats. Nous en sommes conscients et nous allons élaborer notre plan de développement en conséquence», a affirmé M. McLeod.

Pour faire avancer les nombreux projets de développement économique, M. McLeod passe la semaine à Ottawa avec six ministres de son cabinet et sept députés afin de multiplier les rencontres avec les membres du gouvernement Harper et les gens d'affaires.

Car outre les projets d'hydroélectricité, les TNO regorgent de ressources qui n'ont pas encore été exploitées, notamment du pétrole et du gaz naturel. Les TNO contiendraient l'équivalent de 7 milliards de barils de pétrole et 81,2 billions de pieds cubes de gaz naturel. Et cela exclut les gisements extracôtiers, encore plus importants.