Le printemps 2012 ne sera pas la meilleure saison d'Osisko (T.OSK). Malgré un regain de 4% hier, à 6,67$, le titre du plus grand producteur d'or québécois a perdu plus de 45% de sa valeur en à peine deux mois.

Hugo Fontaine LA PRESSE

> Suivez Hugo Fontaine sur Twitter

Le titre dépassait les 12$ il y a deux mois à Toronto, après avoir navigué autour des 14$ pendant une bonne partie de 2011. Plusieurs sociétés aurifères sont frappées par la chute des titres, mais Osisko l'est plus que les autres.

Après la fumée orange dégagée au-dessus de la mine Canadian Malartic à la mi-avril - ce qui a suscité l'inquiétude à Malartic - voilà qu'un incendie a endommagé une partie de l'usine de traitement de la mine la semaine dernière, forçant la suspension des activités de l'usine. Le jour même, Osisko a publié des résultats trimestriels très en deçà des attentes, conséquence de problèmes dans l'accroissement du rythme de production. En somme, la production de la mine lancée il y a un an croît moins vite que prévu, et à un coût plus élevé que prévu. Au premier trimestre, Osisko a produit 92 000 onces d'or, loin des 109 000 onces prévues.

L'installation du second circuit de concassage, nécessaire pour atteindre le rythme de traitement de 55 000 tonnes de minerai par jour, ne se fait pas sans heurts. Les performances de l'équipement ne correspondent pas aux attentes, si bien qu'Osisko doit assumer des coûts supplémentaires de 13 millions de dollars pour procéder à toutes sortes de modifications pour obtenir un fonctionnement optimal. La société a également décidé d'installer un concasseur à galets additionnel, ce qui n'était pas prévu au départ, pour une autre facture de 12 millions.

Osisko estime désormais ne pouvoir atteindre son objectif de production quotidienne qu'en septembre, soit trois mois plus tard que prévu. L'analyste Brad Humphrey, de la firme Raymond James, n'affiche pas la même confiance. Il s'attend à ce que le rythme de croisière de la mine ne soit atteint qu'au quatrième trimestre, au plus tôt. Il a réduit sa cible de 15$ à 11,50$.

Sur 15 analystes qui ont récemment publié des commentaires sur Osisko, 10 en recommandent l'achat, tandis que 5 suggèrent de le conserver, avec une cible moyenne à 13,12$.

Le plus optimiste d'entre eux, Richard Gray, de Cormark Securities, a diminué sa cible de 22$ à 18$. Il a retranché plus de 100 000 onces à ses prévisions de production pour 2012, désormais fixées à 508 000 onces.