Fortis pourrait répliquer à Gaz Métro, qui a déposé une offre d'achat légèrement supérieure à la sienne pour Central Vermont Public Service.

Hélène Baril LA PRESSE

«Fortis a l'intention de suivre la situation de près et répondra en temps et lieu à la décision que prendra Central Vermont», a fait savoir l'entreprise de Terre-Neuve dans un communiqué.

Le conseil d'administration de CVPS, de son côté, a indiqué qu'il se réunirait dès que possible pour examiner la proposition de Gaz Métro. Aucun autre commentaire n'a pu être obtenu de la part de Larry Reilly, président du distributeur d'électricité convoité.

Trois semaines après l'annonce de l'achat de Central Vermont Public Service par Fortis, Gaz Métro a fait savoir jeudi qu'elle n'avait pas lâché prise.

L'entreprise québécoise a présenté une offre supérieure pour mettre la main sur le distributeur d'électricité américain.

L'offre de Gaz Métro est de 35,25$ US par action, c'est-à-dire 15 cents ou 0,4% de plus que celle de Fortis. Selon l'analyste Pierre Lacroix, de Valeurs mobilières Desjardins, il n'est pas certain que le prix offert réussira à convaincre les actionnaires de Central Vermont.

D'autres bénéfices

Gaz Métro promet toutefois d'autres bénéfices pour les actionnaires et les clients du distributeur américain. «La proposition de Gaz Métro génère des avantages importants pour la collectivité du Vermont, a plaidé la présidente et chef de la direction, Sophie Brochu. Elle permet des économies de coûts substantielles pour les clients. Elle accorde l'importance voulue au maintien des emplois locaux et ajoute une vision quant à la promotion de l'investissement vert.»

Gaz Métro propose par exemple de faire de la ville de Rutland «la première ville solaire du Vermont» en investissant dans le développement du secteur solaire.

Gaz Métro propose aussi de fusionner Central Vermont, qui dessert 160 000 clients, et sa filiale Green Mountain Power, qui en a 96 000, pour créer un distributeur d'électricité plus gros et plus efficace.

À la suite de ce regroupement, les économies pour les clients pourraient atteindre 144 millions US en 10 ans, estime Gaz Métro.

Le titre de Valener, la société mère de Gaz Métro, était en baisse jeudi, après l'annonce de la surenchère. Il a clôturé à 27,16$, en baisse de 21 cents.

Le titre de Fortis a aussi fini la journée en baisse de 36 cents, à 31,64$.

L'action de Central Vermont était en hausse de 1,24$, à 35,65$ US. Il avait atteint en cours de séance un sommet des dernières 52 semaines, à 35,96$ US.

À 35,25$ US l'action, Gaz Métro débourserait 472 millions US pour Central Vermont, en plus d'assumer sa dette. L'offre de Fortis est estimée à 470 millions US, et prévoit aussi d'assumer la dette.

Fortis, dont le siège social est à Terre-Neuve, voulait se servir de Central Vermont comme porte d'entrée sur le marché américain.

Gaz Métro y est déjà. En plus de Green Power Mountain, l'entreprise est propriétaire d'un distributeur de gaz, Vermont Gas Systems.

Central Vermont emploie 520 personnes. L'entreprise a été mise aux enchères par son conseil d'administration, qui a annoncé le 30 mai dernier avoir choisi l'offre de Fortis.