Les prix du maïs et du blé ont encore atteint des sommets depuis 2008 au cours de la semaine écoulée à Chicago, leur niveau élevé ne dissuadant pas une forte demande alimentée par des perturbations météorologiques.

Publié le 18 févr. 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le maïs a trouvé un rôle de leader sur les marchés de matières premières agricoles.

«Les prix du maïs ont plus que doublé depuis juin 2010», notaient les analystes de Deutsche Bank dans une note, mais ils estimaient que la hausse disposait encore d'une «belle marge de progression».

Le boisseau de maïs est monté jusqu'à 7,2450 dollars jeudi en séance, son plus haut niveau depuis juillet 2008.

«Les chiffres hebdomadaires des ventes à l'exportation américaines ont été un grand facteur de soutien, reflet d'une demande robuste à l'exportation même avec le bond récent des prix», a noté Sudakshinna Unnikrishnan, de Barclays Capital.

Le Mexique s'est notamment révélé un acheteur clé dans la semaine après que le gel eût provoqué des dégâts sur sa propre production.

D'une manière générale, les prix des matières premières agricoles ont bondi jeudi après des informations selon lesquelles le gouvernement chinois envisageait de baisser les frais de douanes sur certains produits importés afin de limiter l'inflation très élevée dans le pays.

Mais l'annonce vendredi d'un nouveau relèvement des réserves obligatoires des banques en Chine a refroidi l'enthousiasme du marché. Cette mesure destinée à lutter contre l'abondance de liquidités est une autre façon de combattre l'inflation.

«Le marché pense qu'une croissance moins rapide (de l'économie chinoise) est synonyme de moindre demande pour les matières premières», a rappelé Paul Georgy, d'Allendale.

Le marché du soja a de son côté connu moins d'emballement, alors que des conditions météorologiques plus favorables en Amérique du sud laissaient présager d'une bonne récolte, alors que les plants sont actuellement en pleine croissance.

«On dirait qu'il va y avoir pas mal de soja en provenance d'Amérique du sud et cela met le marché sous pression», a expliqué Frank Cholly, de Lind-Waldock.

Le boisseau (environ 25 kg) de maïs à échéance en mai valait vendredi à 10h55, heure de Montréal,  7,2325 dollars sur le Chicago Board of Trade, contre 7,1725 dollars vendredi dernier.

Le contrat de blé à échéance identique s'échangeait à 8,73 dollars, contre 8,9875 dollars sept jours plus tôt. Il est monté lundi à 9,1675 dollars, son plus haut niveau depuis août 2008.

Le boisseau de soja pour livraison en mai s'établissait à 14,05 dollars, contre 14,29 dollars une semaine plus tôt.