Les cours des métaux de base échangés au London Metal Exchange (LME) ont accentué leur rebond cette semaine, menés par le cuivre qui est monté pour la première fois au dessus du seuil de 9000$ la tonne, stimulé par des tensions sur l'offre et des achats spéculatifs.

Publié le 10 déc. 2010
Alice Doré AGENCE FRANCE-PRESSE

Les prix des métaux ont été portés cette semaine par des nouvelles encourageantes sur les perspectives de la demande mondiale, et principalement chinoise, ont relevé des analystes.

«Des indicateurs chinois (dont une progression de l'activité manufacturière et une accélération de la hausse des ventes de voitures, ndlr) ont encouragé des achats (de métaux) et montré aux marchés que le poids lourd qu'est l'économie chinoise va toujours plus avant», a commenté Ed Meir, analyste chez MF Global.

De plus, les chiffres des importations de métaux par la Chine ont montré une forte poussée de la demande chinoise, en cuivre notamment.

«Du fait d'investissements de grande échelle dans les infrastructures, la Chine devrait continuer à importer des quantités élevées de cuivre et ainsi soutenir les prix», ont expliqué les analystes de Commerzbank.

Cependant, les investisseurs terminaient la semaine sur une note prudente, alors que la Chine pourrait annoncer, au cours du week-end, un nouveau relèvement de ses taux directeurs, afin d'éviter une surchauffe de son économie.

Une telle décision pourrait peser sur la demande chinoise et ainsi entraîner un retournement de la tendance sur les métaux, a prévenu William Adams, analyste chez Fast Markets, alors que de par le monde sont mises en place des nouvelles mesures d'austérité.

Dans ce cas, «il faudrait beaucoup plus d'investissements spéculatifs (...) pour soutenir le cours», a ajouté l'analyste.

Baromètre du marché, le CUIVRE a volé de record en record cette semaine, dans un marché stimulé par les tensions sur l'offre et intrigué par la position dominante d'un acteur unique sur le LME.

Le prix d'une tonne de cuivre pour livraison dans trois mois a franchi pour la toute première fois la barre des 9000$ lundi avant de monter jeudi jusqu'à 9091$ la tonne, un niveau historique qui pulvérise son précédent record à 8966$ enregistré le 11 novembre.

Le cuivre a profité d'un regain de faiblesse de la monnaie américaine, qui rendait plus attractifs les achats de matières premières libellées en dollars pour les investisseurs munis d'autres devises.

Par ailleurs, d'après le dernier rapport, paru fin novembre, du Groupe international d'étude du cuivre (ICSG), le déficit cumulé du marché mondial du cuivre raffiné a atteint 363 000 tonnes sur les huit premiers mois de 2010 (121 000 tonnes en données corrigées des variations saisonnières).

Les tensions sur le marché du cuivre sont fortement exacerbées depuis deux semaines par la domination d'un acteur du marché, détenant à lui seul cette semaine plus de 50% des stocks de métal rouge entreposé au LME, selon les statistiques de la Bourse londonienne des métaux.

La tonne d'ALUMINIUM est montée jeudi à 2408$, et la tonne d'ÉTAIN à 26 350$ mardi, des niveaux plus vus depuis le 12 novembre.

Mardi la tonne de ZINC a atteint 2347,75$ et la tonne de PLOMB a atteint 2447,75$, des sommets depuis respectivement le 15 et le 16 novembre.

Porté par une demande toujours soutenue en acier inoxydable, un de ses principaux débouchés, le NICKEL a atteint jeudi 24 400$ la tonne, un nouveau plus haut depuis le 11 novembre.

Sur le LME, une tonne de cuivre pour livraison dans trois mois valait 9030,50$ la tonne vendredi à 9h40 contre 8730$ la tonne vendredi dernier

L'aluminium valait 2335,75$ la tonne contre 2322$.

Le plomb valait 2416$ la tonne contre 2359$.

L'étain valait 26 000$ contre 25 690$.

Le nickel valait 23 990$ la tonne contre 23 550$.

Le zinc valait 2290$ contre 2227$.