Au lendemain du dénouement de la chasse à PotashCorp par BHP Billiton, tout ne redevient pas comme avant et les deux sociétés ont au contraire de nouveaux défis à relever.

Publié le 16 nov. 2010
Hugo Fontaine LA PRESSE

> Suivez Hugo Fontaine sur Twitter

Après le blocage de son offre de 38,6 milliards US par le ministre de l'Industrie Tony Clement, dimanche, le géant anglo-australien a jugé qu'il était impossible de la modifier de façon à réussir le test de «l'avantage net» imposé par le Canada.

Le titre de PotashCorp a reculé de près de 2% hier à Toronto, pour clôturer à 138,60$. Dans une note publiée dimanche soir, l'analyste Edwin Chee, de BMO Marchés des capitaux, indiquait que certains investisseurs allaient liquider leurs positions. Mais comme plusieurs autres analystes, M. Chee souligne les perspectives très encourageantes du marché de la potasse. Et c'est vers le haut que devrait se diriger le titre, comme en fait foi sa cible à 175$US (sur la Bourse de New York).

Sauf que si PotashCorp veut être à la hauteur de son potentiel et prouver que l'offre de 130$US de BHP était trop faible, les dirigeants de l'entreprise devra s'activer, soutient l'analyste new-yorkais Edlain Rodriguez, de Gleacher&Company. «Il est impératif pour eux de matérialiser ce qu'ils croient être la vraie valeur de l'entreprise, souligne-t-il. Sinon les investisseurs les tiendront responsables.»

Selon M. Rodriguez, PotashCorp pourra y arriver par la vente d'actifs, la cession de participations ou par une «exécution sans faille de la stratégie de croissance».

De son côté, BHP Billiton voudra revoir sa stratégie pour se bâtir une position forte dans le secteur de la potasse. Elle pourrait de nouveau placer ses énergies dans le projet Jansen, en Saskatchewan, et viser des acquisitions de moins grande envergure, avancent Richard Kelertas et Joshua Bridges, analystes chez Dundee Marchés des capitaux.

Les analystes de Dundee soulignent les noms d'Allana, qui développe un projet en Éthiopie, et des sociétés juniors Potash One, Encanto Potash et Western Potash, toutes trois établies en Saskatchewan.

Coûts de 350 millions pour BHP

L'aventure PotashCorp de BHP entraînera des coûts de 350 millionsUS pour la minière, notamment 250 millions reliés à l'obtention du financement de 45 milliards. Ce financement n'étant plus nécessaire, tant DBRS que Standard&Poor's ont retiré BHP de la liste des sociétés dont la cote de crédit était en attente de réévaluation.

En incluant l'achat raté de Rio Tinto en 2008 et le projet de partenariat abandonné des deux géants dans le secteur du fer en Australie, BHP Billiton a dépensé au moins 800 millions US dans les trois dernières années pour des transactions qui n'ont jamais eu lieu.

Le titre de BHP Billiton a progressé de 1,8% à Londres et a perdu 0,4% à Sydney hier. La société a aussi annoncé le rachat 4,2 milliards de dollars américains d'actions.