Les prix du pétrole ont fini en hausse lundi à New York, entraînés par le recul du dollar et la progression des indices à Wall Street qui ont conduit le baril à s'installer plus confortablement au-dessus de 76 dollars.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour livraison en août a terminé à 76,54 dollars, en hausse de 53 cents par rapport à vendredi.

«Les choses ont été assez calmes sur le front du marché pétrolier», a constaté Adam Sieminski, de la Deutsche Bank, notant que le baril a finalement progressé en parallèle d'un marché boursier en petite hausse et d'un dollar en recul.

«Après toute la volatilité de la semaine dernière, les investisseurs reprennent leur souffle», a observé M. Sieminski. «Aujourd'hui, tout le monde semble observer plutôt qu'agir».

Après une semaine en dents de scie, le baril avait fini à un niveau quasi inchangé vendredi, par rapport à sept jours plus tôt. Il a repris la semaine sur le même schéma, ouvrant en baisse mais montant jusqu'à un peu moins de 78 dollars en séance, avant de finir sur des gains relativement solides.

«D'un côté les indicateurs économiques sont faibles, ce qui pousse le marché en baisse. D'un autre côté, le marché s'inquiète des tempêtes» susceptibles de se former dans le golfe du Mexique, a expliqué Phil Flynn, de PFG Best Research.

Après les chiffres décevants de l'activité manufacturière aux États-Unis publiés la semaine dernière, le contexte macroéconomique limitait l'avancée du marché.

Le moral des professionnels du bâtiment spécialisés dans l'immobilier résidentiel est tombé en juillet à son plus bas niveau depuis avril 2009, selon des chiffres publiés lundi.

Toutefois, les investisseurs gardaient un oeil sur la formation de perturbations tropicales dans le golfe du Mexique, dans le cas où elles pourraient affecter les installations du sud des États-Unis, a indiqué Phil Flynn. Le risque de transformation en ouragan dans les deux jours à venir était toutefois très faible pour l'instant, selon les services météorologiques américains.