Le groupe pétrolier américain ConocoPhillips a fait état mercredi pour le deuxième trimestre d'un bénéfice net divisé par plus de quatre sur un an mais légèrement supérieur aux attentes du marché.

Le troisième groupe pétrolier américain a dégagé sur les trois mois achevés fin juin un bénéfice net de 1,3 milliard de dollars, contre 5,44 milliards sur la même période l'année précédente, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Par action, cela correspond à un bénéfice courant de 87 cents, au-delà des anticipations des analystes, qui tablaient sur 85 cents par action.

Les résultats ConocoPhillips ont pâti d'une chute de plus de 50% de son chiffre d'affaires sur le trimestre, à 35,4 milliards de dollars, très en-dessous des prévisions de Wall Street, qui attendait 39,08 milliards.

Même si le groupe affiche «des résultats opérationnels solides», il a souffert «de la baisse importante des prix des matières premières et des marges» par rapport à l'an dernier, a commenté le PDG Jim Mulva, cité dans le communiqué.

La division amont (exploration et production) a vu ses bénéfices divisés par plus de cinq, à 725 millions de dollars, en dépit d'une progression de 7% de sa production, à 1,87 million de barils/jour.

Les activités intermédiaires (transport, stockage...) ont dégagé un bénéfice de 31 millions de dollars, en chute de 80%, tandis que l'aval (raffinage) a enregistré une perte de 52 millions, contre un bénéfice de 664 millions un an plus tôt.

Le groupe de Houston (Texas) a précisé que le taux d'utilisation de ses raffineries dans le monde était ressorti à 88%.

La participation de 20% de ConocoPhillips dans le pétrolier russe Loukoïl a contribué pour 682 millions de dollars aux bénéfices, contre 774 millions un an plus tôt, alors que son impact n'avait pas dépassé 48 millions au premier trimestre.