Les mauvaises nouvelles dans le domaine forestier se poursuivent. AbitibiBowater (t.abw)  va suspendre les opérations forestières au Saguenay-Lac-Saint-Jean, vendredi. Quelque 500 travailleurs se retrouveront au chômage plutôt que prévu.

Mis à jour le 10 févr. 2009
Louis Potvin
Louis Potvin LE QUOTIDIEN

Le nombre de mises en chantier anticipées aux États-Unis en 2009 et les inventaires élevés de la multinationale obligent cette décision. «On prévoit 500 000 nouvelles constructions aux États-Unis en 2009 comparativement à deux millions il y a deux ans. On ne pensait pas que ça serait aussi bas. Nous avons donc décidé de devancer l'arrêt de la récolte de deux à trois semaines», explique le porte-parole d'AbitibiBowater, Pierre Choquette.

Cette mesure touchera aussi les compagnies de transports qui vont travailler le temps de transporter le bois coupé en forêt. Des centaines de camionneurs vont aussi se retrouver sans travail d'ici quelques semaines. Cet arrêt de la récolte devrait aussi engendrer des fermetures d'usines, car il y aura moins de bois à couper.

Pierre Choquette affirme que pour l'instant, aucune fermeture temporaire n'est prévue. «Nous allons analyser la situation au fur et à mesure. Il y a déjà des usines qui tournent au ralenti et d'autres qui fonctionnent normalement», mentionne-t-il.

Habituellement, les entrepreneurs forestiers coupent des arbres jusqu'à la fin mars. À l'automne 2008, on les avait avisés qu'ils travailleraient moins à cause de la conjoncture. Également, la récolte a été suspendue plus longtemps dans le temps des Fêtes.