Françoise Dubé, pharmacienne en établissement de santé

Françoise Dubé, 33 ans, est pharmacienne à l'hôpital... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

Françoise Dubé, 33 ans, est pharmacienne à l'hôpital Pierre-Le Gardeur depuis 2005.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'ai toujours été attirée par les sciences de la santé. J'ai beaucoup aimé faire de la chimie au cégep. Je suis aussi une personne très sociable. Tout cela m'a conduite vers la pharmacie.

En quoi consiste votre travail?

En étroite collaboration avec le personnel soignant, je gère les médicaments des patients hospitalisés et veille à ce qu'on leur administre le meilleur traitement selon leur condition.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un baccalauréat en pharmacie et une maîtrise en pratique pharmaceutique, option pratique en établissement de santé à l'Université de Montréal [aujourd'hui appelés respectivement doctorat de 1er cycle en pharmacie et maîtrise en pharmacothérapie avancée].

Quel a été votre cheminement professionnel?

J'ai fait une résidence au CHU Sainte-Justine, puis, dès la fin de mes études, en 2005, j'ai été embauchée par l'hôpital Pierre-Le Gardeur. J'y suis toujours aujourd'hui.

Décrivez une journée typique de travail.

Je travaille huit heures par jour. Dès mon arrivée au département de pharmacie de l'hôpital, j'organise ma journée en fonction des cas à traiter. Je peux en traiter de 30 à 40 au quotidien. Puis, je monte à l'étage où je suis affectée selon l'horaire.

Quel est votre plus grand défi?

Ça bouge beaucoup dans notre domaine : de nouveaux médicaments sortent, des lignes directrices sont émises, des effets secondaires sont découverts... C'est très important d'être toujours à jour dans nos connaissances. Il en va de la santé des patients.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

J'adore le travail interdisciplinaire à l'hôpital et la belle chimie qu'on développe avec le personnel soignant.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Je suis souvent surprise de constater que les gens ne savent pas que nous travaillons dans les hôpitaux. Ils pensent que ce sont les médecins qui gèrent les médicaments ou qu'une pharmacie privée dessert l'hôpital. Pourtant, chaque prescription faite par un médecin en milieu hospitalier est validée par un pharmacien.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut une très grande rigueur professionnelle, car une erreur peut être fatale pour un patient. Il faut aussi être organisé et autonome, en plus d'avoir le sens de l'initiative, de l'entregent et un bon esprit d'équipe. Enfin, la curiosité intellectuelle est indispensable.

En chiffres

Personnes en emploi (31 mars 2014) : 1550

Perspectives d'emploi (2013-2017) : favorables

Taux de chômage (2012) : faible

Demande de main-d'oeuvre (2012-2017) : élevée

Salaire : selon l'échelle salariale, un pharmacien nouvellement diplômé de la maîtrise - recommandée pour avoir accès à ce poste - aura droit à un salaire horaire de base de 41,91 $. Au sommet de l'échelle, un pharmacien en établissement de santé gagne 49,92 $ de l'heure. À cela s'ajoute une prime d'attraction et de rétention, qui varie selon l'échelon.

Source : Ordre des pharmaciens du Québec, Association des pharmaciens des établissements de santé du Québec et Emploi-Québec, Information sur le marché du travail.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer