Portrait: Olivier Sylvestre, directeur d'un centre de traitement des sols

Olivier Sylvestre est directeur d'un centre de traitement... (PHOTO FRÉDÉRIC CÔTÉ, LA TRIBUNE)

Agrandir

Olivier Sylvestre est directeur d'un centre de traitement des sols chez Solution, une division d'EnGlobe.

PHOTO FRÉDÉRIC CÔTÉ, LA TRIBUNE

Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

Par intérêt personnel. La gestion des matières résiduelles était peu connue il y a 15 ans, mais c'était un enjeu qui me touchait.

Aujourd'hui, je traite les sols contaminés. Ce n'est pas exactement la même chose, mais il y a un lien.

En quoi consiste votre travail?

J'opère le centre de traitement des sols et de l'eau contaminés. Je m'occupe de l'administration, des ressources humaines, des ventes, du budget... Je fais aussi le lien avec les clients. Bref, je touche à tout.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai fait un baccalauréat en géographie environnementale et une maîtrise en géographie à l'Université de Montréal.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Je travaille pour Solution, une division d'EnGlobe, depuis la fin de mes études. J'ai commencé comme technicien, puis comme coordonnateur de projets au centre de traitement de Montréal. J'ai ensuite été chargé de projets en réhabilitation des sols, ce qui m'a amené à travailler en Angleterre pendant deux ans, avant de revenir au centre de Sherbrooke. J'en suis le directeur depuis deux ans.

Décrivez une journée typique de travail.

En gros, je pose des questions et je réponds aux questions des autres.

Je rencontre les clients, les employés, les comptables, le Ministère.

Je m'assure aussi qu'on respecte les normes très strictes de santé et sécurité. Mon horaire est flexible, mais je travaille de 45 à 50 heures par semaine.

Quel est votre plus grand défi?

Nous avons des vagues de travail intenses et des périodes calmes. Le rythme peut parfois être effréné. Le défi est de prévoir l'imprévisible, malgré les variations. Sur le plan personnel, un autre défi est d'allier ambition et famille.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

Je ne vois jamais le temps passer. C'est tellement dynamique, il y a toujours quelque chose à faire.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Plein de choses. Souvent, ils ne savent même pas qu'on existe! Nous ne faisons pas affaire avec le public, alors notre travail est méconnu.

Nous sommes aussi un outil de développement économique régional important.

Quelles sont les qualités et les aptitudes requises pour exercer votre métier?

Il faut aimer l'action, être habile pour réparer des trucs, avoir de la facilité à parler avec les clients et être bon dans la résolution de problèmes.

En chiffres

Perspectives d'emploi (2013-2017): acceptables

Personnes en emploi (2012): 1500

Taux de chômage (2012): faible

Demande de main-d'oeuvre (2012-2017): faible

Salaire horaire médian (2011-2013): non publié




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer