Source ID:589964; App Source:cedromItem

Portrait: Nadia Romani, ingénieure métallurgiste

Nadia Romani, 34 ans, travaille actuellement sur le... (PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Nadia Romani, 34 ans, travaille actuellement sur le site de Rio Tinto Fer et Titane à Sorel-Tracy pour le compte de la firme de génie-conseil Hatch.

PHOTO ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE

Marie Lambert-Chan

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

J'ai choisi le génie parce que j'ai toujours aimé les mathématiques et la physique. J'ai découvert la métallurgie au moment de mon inscription à McGill. C'était le seul programme coopératif offert (NDLR: le travail est intégré aux études grâce à trois stages rémunérés de quatre mois). J'aimais bien l'idée d'avoir une expérience de travail avant de finir mes études.

En quoi consiste votre travail?

Les ingénieurs miniers sortent le minerai de la terre et les métallurgistes élaborent les procédés pour le transformer en métal.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai terminé un baccalauréat en génie métallurgique en 2002 et une maîtrise en génie des matériaux en 2003 à l'Université McGill.

Quel a été votre cheminement professionnel?

Depuis ma sortie de l'université, je travaille pour Hatch, firme de génie-conseil spécialisée dans les secteurs des mines et des métaux, de l'énergie et des infrastructures. De 2003 à 2007, mes mandats se sont déroulés au Québec et au Labrador. Puis, j'ai eu plusieurs projets en Afrique du Sud, où nous avons un bureau à Johannesburg. En 2009, je suis partie pour la Russie où j'ai aidé à ouvrir un bureau à Saint-Pétersbourg. J'y suis restée pendant un an. Depuis mon retour, je travaille surtout au Québec.

Décrivez une journée typique de travail.

Tout dépend de mes mandats. Présentement, je suis directrice de la mise en service pour un projet visant à éliminer les émissions de soufre dans une usine sur le site de Rio Tinto Fer et Titane à Sorel-Tracy. Je suis donc davantage dans la gestion que dans la technique. Nous sommes à l'étape de la planification et de la coordination. Dans deux semaines, ce sera l'exécution. Je passerai mes journées en salle de contrôle pour faire des tests. C'est très dynamique comme travail!

Quel est votre plus grand défi?

Gérer des gens qui ont des priorités contradictoires. Ce peut être les ingénieurs, le client ou les fournisseurs. Il faut jongler avec les coûts, la qualité du travail, la santé et la sécurité, l'environnement, les échéanciers... On doit se parler!

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

La variété. Mon rôle change de projet en projet. J'ai aussi l'occasion de voyager et d'avoir des mandats assez longs pour me permettre de découvrir les villes où je travaille.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

La nature même de mon métier.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Avoir de bonnes connaissances techniques et être capable de résoudre des problèmes. Être polyvalent et savoir s'adapter à tous les clients et à tous les projets. Et surtout, aimer travailler en équipe.

  • Personnes en emploi (2012) : 600
  • Perspectives d'emploi (2013-2017) : favorables
  • Taux de chômage (2012) : faible
  • Demande de main-d'oeuvre (2012-2017) : modérée
  • Salaire horaire moyen: non disponible

Source : Emploi-Québec, Information sur le marché du travail




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer