Source ID:586568; App Source:cedromItem

Portrait: Carl Vézina, directeur d'une école primaire

Carl Vézina est directeur de l'école primaire Victor-Thérien... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Carl Vézina est directeur de l'école primaire Victor-Thérien de la commission scolaire Marguerite-Bourgeoys, à Montréal.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josianne Haspeck

Collaboration spéciale

La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

À force d'être engagé dans les écoles où j'enseignais, j'ai eu envie d'avoir plus de pouvoir sur ce qui se passait à l'extérieur de ma classe et d'avoir un plus grand impact sur plus d'élèves.

En quoi consiste votre travail?

J'ai la responsabilité de la gestion des ressources humaines, des ressources matérielles et des ressources financières. J'applique la convention collective, je veille à l'organisation du travail et je m'assure que l'école est conforme aux règles d'hygiène et de sécurité, en plus de m'occuper de l'achat de matériel.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai un baccalauréat en microbiologie et un certificat en enseignement au secondaire. J'ai entamé une maîtrise en administration scolaire que je n'ai pas terminée. Comme j'ai commencé à diriger des écoles avant 2001, année où ce diplôme d'études supérieures est devenu obligatoire, je suis exempté de cette obligation.

Quel a été votre cheminement professionnel?

J'ai enseigné au secondaire de 1991 à 2000 avant de devenir directeur adjoint au secondaire pour deux ans. J'ai ensuite été tour à tour directeur d'une école primaire et d'une école secondaire. Au cours des trois dernières années, j'ai été directeur dans deux écoles primaires différentes.

Décrivez une journée typique de travail.

Une journée typique comprend plusieurs imprévus, mais de manière générale, je me planifie du travail administratif et je multiplie les rencontres, soit avec le personnel enseignant ou du service de garde, soit avec des professionnels ou des parents.

Quel est votre plus grand défi?

Ces dernières années, le plus grand défi est de faire beaucoup avec peu. Les coupes et les compressions budgétaires ont un impact sur l'école. Les besoins sont les mêmes, mais cela nous amène à diminuer les services. Il faut savoir être créatif.

Qu'aimez-vous le plus dans ce travail?

J'aime travailler avec les gens. C'est un travail de relations. Travailler en éducation me donne l'impression de contribuer à faire quelque chose d'utile pour la société.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

Plusieurs choses. La direction joue un rôle de pivot entre plusieurs piliers comme les commissions scolaires et les parents. Ils sous-estiment la lourdeur de la bureaucratie et le manque d'écoute de la part du gouvernement.

Quelles sont les qualités et aptitudes requises?

Il faut une vision précise de l'éducation et de bonnes compétences en gestion et ressources humaines.

En chiffres

Perspectives d'emploi (2013-2017) : favorables

Taux de chômage (2012) : faible

Demande de main-d'oeuvre (2012-2017) : modérée

Revenu annuel d'emploi (2010) : 83 000 $

Source : Emploi-Québec-Information sur le marché du travail




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer