Source ID:514170; App Source:cedromItem

Conciliation travail-famille: neuf entreprises certifiées

Martin Thibault, président d'Absolunet, note que les heures... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Martin Thibault, président d'Absolunet, note que les heures supplémentaires effectuées par ses employés sont rarissimes et payées.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Chez Absolunet, les employés ont des congés pour soigner leurs petits lorsqu'ils tombent malades. Ils peuvent modifier leur horaire pour arriver à temps à la réunion de l'école ou simplement éviter les bouchons de circulation. Ils peuvent aussi opter pour une semaine de quatre jours pour passer plus de temps avec leur marmaille. Le genre d'accommodements dont rêvent bien des parents!

Son président, Martin Thi-bault, jouit lui-même d'une flexibilité d'horaire lui permettant, par exemple, d'accompagner ses enfants de 8, 10 et 12 ans à leurs rendez-vous chez le médecin. Pour lui, il était normal d'offrir la même possibilité aux membres de son équipe. Son entreprise a obtenu la certification conciliation travail famille l'an dernier. L'agence de stratégie, production et marketing numérique a obtenu celle de niveau 3. «Pour passer au dernier niveau, il faudrait avoir une garderie en milieu de travail, mais l'espace est insuffisant», indique Martin Thibault, président.

La norme été lancée il y a trois ans, mais depuis, seulement neuf organisations l'ont obtenue. «Les entreprises doivent avoir le temps d'apprendre à la connaître, explique Jean Rousseau, directeur du Bureau de normalisation du Québec (BNQ). Nous avons rencontré plusieurs centaines de personnes, soit des dirigeants d'entreprises et des responsables des ressources humaines. Il y a beaucoup d'engouement.» Pour lui, le plus important n'est pas le nombre d'organisations certifiées, mais l'information et l'éducation. Jusqu'à maintenant, le document présentant tous les détails a été téléchargé près de 2200 fois.

Retenir ses employés

Martin Thibault, lui, est convaincu que l'investissement en vaut la peine. Dans un domaine comme le sien où l'on s'arrache la main-d'oeuvre, retenir ses employés est primordial. «J'assure la pérennité de mon entreprise, estime-t-il. Les gens peuvent de plus en plus choisir où ils souhaitent travailler. Ils vont opter pour une organisation qui leur ressemble, qui les respecte et qui prend en compte leur réalité.» L'entreprise de 65 employés, dont la moyenne d'âge est de 32 ans, a un taux de roulement très faible, assure-t-il.

La capacité d'attirer et de conserver son personnel est l'un des principaux avantages des mesures de conciliation travail-famille. «Le fait d'être certifié permet de dire haut et fort que c'est important pour l'organisation», note Marie-Claude Girard-Jauvin, vice-présidente chez Consilia, une entreprise spécialisée dans le domaine. Cette forme de marketing peut faire la différence auprès des chercheurs d'emploi. Néanmoins, des entreprises préfèrent adopter des idées inspirées de la norme sans compléter la démarche en demandant la certification, note-t-elle. Il faut dire qu'elles ont accès à toute la documentation gratuitement sur l'internet!

Atteindre la norme

Obtenir la certification demande un engagement ferme de la direction. La démarche exige également du temps. Les entreprises doivent former un comité chargé de recenser les pratiques existantes et de sonder les besoins des employés. Il doit ensuite faire des recommandations, participer à la mise en oeuvre et à la promotion des mesures, etc. Plus les pratiques sont nombreuses, plus l'organisation atteint un niveau de certification élevé. Le certificat de conformité est valide pour une période de quatre ans.

Mais pas question de dormir sur ses lauriers entretemps! Le BNQ réalise un audit tous les deux ans pour s'assurer que les pratiques demeurent conformes. «Des organisations créent parfois des programmes qui aboutissent sur une tablette ou mettent en place des choses sans sonder les réels besoins des employés, souligne Mme Girard-Jauvin. La norme prévient ces situations.»

Pour obtenir et maintenir leur certification, les entreprises doivent débourser en moyenne entre 1900$ et 4800$ par an, selon leur taille. Quant à la mise en place des mesures, la facture varie évidemment en fonction de celles qui sont choisies. «Certaines, comme la flexibilité d'horaire, sont peu dispendieuses », note Mme Girard-Jauvin.

Pour plus de détails sur la certification: www.bnq.qc.ca

----------------

LES ORGANISATIONS CERTIFIÉES

Absolunet

(Boisbriand)

EnGlobe

(Québec)

Frima Studio

(Québec)

Gestion Proxima Centauri

(Québec)

Impact emploi de l'Érable

(Plessisville)

Lussier Cabinet d'assurances et services financiers

(Sorel-Tracy)

Ministère de la Famille

(Québec)

STAS

(Saguenay)

Unigec

(Saguenay)

Source : Bureau de la normalisation du Québec

-----------------

DIX MESURES «PAYANTES»

Pour chaque mesure de conciliation travail-famille offerte, une organisation récolte des points (sauf s'il s'agit d'exigences obligatoires). Leur nombre détermine le niveau de certification (1 à 4). Voici les plus « payantes » !

> Horaires de travail adaptés

> Réduction du temps de travail

> Semaine de travail comprimée (ex. : 35 heures en quatre jours au lieu de cinq)

> Prévisibilité des horaires de travail

> Formation sur la conciliation travail-famille structurée pour les gestionnaires et les membres du comité responsable

> Adaptation de l'organisation du travail (ex. : échanges d'horaires de travail, équipes volantes, etc.)

> Utilisation des banques d'heures

> Congés de maternité et de paternité bonifiés (ex. : augmentation de la durée, possibilité d'un retour progressif, etc.)

> Congés parentaux et d'adoption bonifiés

> Aide ou soutien financier pour la garde des enfants d'âge préscolaire




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer