Source ID:; App Source:

Stéphane Leblanc, fiscaliste

Agrandir

" Il faut aimer le changement, car chaque dépôt d'un budget provincial ou fédéral vient changer notre travail ", dit Stéphane Leblanc.

Photo Edouard Plante-Fréchette, La Presse

Caroline Rodgers
La Presse

Un fiscaliste est un spécialiste des impôts qui aide des particuliers ou des sociétés à structurer leurs affaires tout en respectant les lois de l'impôt et en bénéficiant des mesures d'exemptions fiscales existantes. C'est le métier de Stéphane Leblanc, associé en fiscalité chez Ernst & Young, où il travaille depuis la fin de ses études, il y a 20 ans.

M. Leblanc travaille au sein d'une équipe d'une centaine de personnes où l'on retrouve plusieurs spécialités : crédits d'impôt pour la recherche et le développement, taxes à la consommation et transactions internationales, entre autres. En tant qu'associé, son rôle consiste surtout à planifier, réviser et superviser le travail des autres.

" Évidemment, un fiscaliste qui commence n'a pas les mêmes responsabilités, dit-il. Il est appelé à préparer les déclarations de revenus et à faire des recherches pour savoir comment faire les déductions adéquates, selon la loi. "

L'équipe de Stéphane Leblanc réalise notamment des mandats pour des entreprises faisant l'acquisition d'autres entreprises. " Mon rôle est de voir à ce que la transaction soit la plus efficace possible et de m'assurer qu'elle soit conforme aux lois en vigueur dans le pays où elles se déroulent, car bien des transactions sont internationales ", dit-il.

Monotone, la vie de fiscaliste? Pas du tout, assure celui qui considère même pratiquer le plus beau métier du monde!

" Il faut aimer le changement, car chaque dépôt d'un budget provincial ou fédéral vient changer notre travail, dit-il. Quand le ministre des Finances annonce de nouvelles mesures fiscales, on doit vérifier si celles-ci touchent nos clients. "

Pour lui, la beauté du métier est que chaque situation d'affaires est différente. " Il faut mettre à profit notre imagination pour trouver des solutions ", dit-il.

Il reste que le travail de fiscaliste est exigeant. " Quand on a beaucoup de clients et que quatre ou cinq d'entre eux effectuent une transaction en même temps, on n'a pas le contrôle sur les échéanciers, dit-il. On peut se retrouver avec beaucoup de travail et il n'est pas rare de dépasser les 40 heures. "

M. Leblanc détient un baccalauréat en administration des affaires de HEC Montréal, et il a suivi le cours In-Depth Tax Course de l'Ordre des comptables agréés du Canada, une formation approfondie en fiscalité équivalant à une maîtrise. Il l'a faite en trois ans à temps partiel tout en travaillant. Il est membre de l'Ordre des comptables agréés du Québec.

À SAVOIR

Fiscaliste

Aptitudes requises : Curiosité, capacité à s'appliquer, imagination, sens des affaires, aptitude à travailler en équipe, bon jugement, à l'aise avec les chiffres.

Salaire moyen : Dans un cabinet de services professionnels, la rémunération moyenne d'un CA est de 124 999$. Aucune donnée spécifique n'est disponible pour les fiscalistes.

Source : Ordre des comptables agréés du Québec.

Formation : Baccalauréat en comptabilité avec maîtrise en fiscalité ou l'équivalent.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer