Les générations précédentes auraient sûrement été à des années-lumière d'imaginer l'ampleur de tous ces outils technologiques et informatiques qui occupent les milieux de travail d'aujourd'hui. Maintenant, que nous réserve l'avenir?

Marlène Lebreux LA PRESSE

Le pouvoir virtuel 2.0

Le futur... D'emblée, on pense aux nouvelles technologies qui se développent à vitesse grand V. Après avoir propulsé les organisations d'hier dans le monde moderne, l'évolution technologique continuera assurément de transformer nos façons de travailler.

 

Tout particulièrement, les systèmes collaboratifs de type Web 2.0, qui font déjà partie de notre paysage sous la forme des YouTube, Facebook, MySpace et Wiki, se présenteront de plus en plus aux gestionnaires comme des solutions intéressantes pour encourager le partage d'information et la collaboration, que ce soit entre les employés ou avec leur clientèle. Le cabinet-conseil américain McKinsey a notamment dévoilé, l'été dernier, une étude dans laquelle quelque 2000 cadres internationaux affirmaient qu'ils prévoyaient investir davantage au cours des prochaines années dans les outils du Web 2.0.

Concepts encore flous, les plateformes de travail à distance feront d'autant plus connaître davantage leurs possibilités. Soutenues par la croissance rapide des technologies de communication, elles deviennent de véritables lieux de travail en mesure de relever les défis de la mondialisation, mais également de régler les problèmes de déplacement et - pourquoi pas? - de stationnements dans les grands centres. Le trafic des années futures sera-t-il plus virtuel que routier?

Des organisations plus responsables

Les entreprises sont de plus appelées à adopter des pratiques novatrices et toujours plus vertes concernant leur réduction d'émission de gaz à effet de serre, leur consommation énergétique, le recyclage et la récupération. Les générations montantes sont sensibles à la sauvegarde de la planète: selon un sondage de la maison GlobeScan, plus de 90% des personnes désiraient travailler pour une entreprise socialement responsable et respectueuse de l'environnement.

Le Conseil du bâtiment durable du Canada - Section Québec - affirme notamment que la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) est en pleine expansion au Québec. Actuellement, moins de dix projets québécois détiennent une certification LEED, mais une centaine d'autres sont en voie de l'obtenir.

Jean-Philippe Brunet, conseiller en ressources humaines agréé et associé chez Ogilvy Renault, parle même du début d'une «révolution des pensées» au sein des milieux de travail. «Cette conscientisation et cet éveil aux transformations climatiques sont en train de métamorphoser le monde du travail en général... Les entreprises canadiennes ne peuvent plus se permettre d'ignorer ces enjeux du XXIe siècle. Si les entreprises ne le font pas, parions que leurs employés leur rappelleront leurs obligations envers l'humanité ainsi que la nécessité d'un développement durable et responsable de notre planète.»

Leaders d'une autre dimension

Dans ces milieux de travail encore plus technologiques et écologiques, une nouvelle génération de leaders est en train de voir le jour, indique Rémi Tremblay, fondateur d'Esse Leadership et auteur du livre Les fous du roi: «Aujourd'hui, quand on demande aux gestionnaires ce qu'ils recherchent chez leurs leaders, ils nous font une longue et lourde liste composée d'une vingtaine de compétences clés! Une pression épouvantable est exercée sur les leaders. Dès aujourd'hui, une profonde réflexion doit être amorcée sur les leaders que nous voulons pour demain».

Pour le futur, M. Tremblay prône l'ouverture à plus d'humanité dans la gestion des ressources humaines et la présence de leaders humbles, courageux et généreux.

«L'époque des patrons dirigistes et conquérants est révolue. Les jeunes veulent des leaders authentiques, capables de communiquer... Les nouvelles générations désirent apporter quelque chose à l'organisation, utiliser leurs habiletés, leur intelligence et leurs compétences. Ils veulent être des coauteurs de leur milieu de travail et non les acteurs d'une pièce qui a préalablement été écrite pour eux. Les leaders auront d'ailleurs un grand rôle à jouer en ce sens afin de permettre aux membres de leur équipe de mettre leurs talents au service de l'entreprise et, par conséquent, de leur propre carrière.»

Même sans boule de cristal, il est facile d'imaginer qu'une place de choix reviendra aux entreprises qui sauront faire preuve d'ouverture et de flexibilité et, surtout, qui auront le talent de tirer profit de l'évolution technologique tout comme de l'intelligence et des qualités de leurs employés.

Cette chronique est un service de Septembre éditeur (www.septembre.com) qui diffuse des informations sur les métiers et professions, les programmes de formation et l'actualité du marché de l'emploi dans ses sites 1ermars.monemploi.com et www.monemploi.com