Le réseau de 407 succursales de la Société des alcools du Québec (SAQ) doit rouvrir ses portes ce matin au lendemain d'une première journée de grève-surprise déclenchée par le syndicat de ses 5500 employés de magasins et de bureaux.

Martin Vallières LA PRESSE

La direction de la SAQ a réagi à cette grève-surprise, mardi, en rouvrant en mi-journée 66 succursales - une sur six environ - réparties dans la plupart des régions, en mobilisant ses employés cadres et non syndiqués en remplacement des salariés grévistes.

Mais de l'avis de la direction syndicale des employés de magasins, une telle journée de grève-surprise pourrait se répéter à tout moment au fil des prochaines semaines, à défaut d'une entente lors des séances de négociations déjà programmées jusqu'en septembre avec la direction de la société d'État.

Rappelons qu'en juin dernier, après 16 mois de négociations, le Syndicat des employés de magasins et de bureaux (SEMB) de la SAQ avait obtenu un vote à 91 % en faveur de six jours de grève pouvant être déclenchés à tout moment, selon les choix de tactique de négociations des dirigeants syndicaux.

UNE « GROSSE JOURNÉE » DE GRÈVE

« Nous avons déclenché cette première grève d'un jour parce que c'était une grosse journée de livraisons dans plusieurs succursales et que nous ne voulions pas qu'ils soient capables de toutes les recevoir et les classer en magasin », a expliqué Katia Lelièvre, présidente du SEMB, après une autre séance de négociations, mardi après-midi, qui était déjà fixée avec la direction de la SAQ.

La prochaine séance de négociations est prévue pour mardi et jeudi prochains. Entre-temps, la définition et la gestion des horaires de travail des employés en succursales, à temps plein ou à temps partiel, demeurent le principal enjeu des négociations.

« Malgré le vote massif des membres en faveur de la grève, l'employeur est encore en demande pour modifier les horaires et couper des heures. Aujourd'hui, notre message est on ne peut plus clair : nous n'accepterons aucun recul sur nos conditions de travail. Si la SAQ veut régler, qu'elle retire ses demandes sur nos planchers de postes et d'horaires », a commenté Mme Lelièvre.

DEUX POSITIONS

Du côté de la direction de la SAQ, où le conflit de travail survient deux semaines après l'entrée en fonction de Catherine Dagenais à titre de présidente et chef de la direction, on indiquait mardi « souhaiter obtenir la flexibilité nécessaire pour bien servir [les] clients, quand ils le souhaitent ».

La société d'État soutient vouloir « simplifier ses façons de faire » en proposant « des solutions qui peuvent à la fois satisfaire son besoin de flexibilité tout en répondant aux priorités et aux demandes du syndicat, notamment en matière d'accès aux postes réguliers, de qualité des horaires et d'un plus grand nombre d'heures garanties pour les employés à temps partiel ».

Mais selon Nathalie Arguin, présidente de la Fédération des employés de services publics à la CSN, qui comprend le syndicat SEMB à la SAQ, « les demandes de la SAQ viendraient fragiliser davantage bon nombre d'emplois déjà précaires. Avec 70 % de ses salariés à temps partiel et une moyenne de 12 ans pour obtenir un poste régulier, la SAQ n'a pas de quoi se vanter ».

- Avec la collaboration de Bélinda Bélice, La Presse

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Plusieurs employés brandissaient le drapeau de la CSN devant la succursale de la SAQ de l'avenue du Mont-Royal Est, dont la vitrine est placardée d'autocollants sur lesquels on peut lire « On veut une bonne convention ».

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Plusieurs manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « En grève : 10 M $ de bonis pour les boss, rien pour les employé(e)s ? ! »

La SAQ en chiffres

(exercice terminé le 31 mars 2018)

VENTES TOTALES : 3,25 milliards (+ 4,1 % sur un an)

VENTES EN SUCCURSALES ET MAGASINS SPÉCIAUX : 2,9 milliards (+ 4,8 % sur un an)

VENTES DE GROSSISTES EN ÉPICERIES : 342,7 millions (- 1 % sur un an)

BÉNÉFICE NET : 1,11 milliard (+ 2,6 % sur un an)

REVENUS FINANCIERS ET FISCAUX AU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC : 1,76 milliard

REVENUS FISCAUX AU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL : 424 millions

ACTIVITÉS : 407 succursales et magasins, 6884 employés, 13 300 produits commercialisés, 22,7 millions de caisses expédiées dans les points de vente

Source : Rapport annuel 2018 de la SAQ