Le Groupe Marie Claire a décidé de fermer environ le tiers de ses boutiques de vêtements pour hommes et femmes Terra Nostra. Dans certains cas, les locaux seront utilisés par d'autres enseignes du détaillant d'Anjou.

La chaîne, qui existe depuis 1993, comptait 22 magasins jusqu'à tout récemment. Il en reste 20 depuis les fermetures survenues au Quartier DIX30 et à Laurier Québec (mieux connu sous son ancien nom Place Laurier) ces dernières semaines.

D'autres boutiques cesseront d'accueillir les clients prochainement : au Mail Champlain, aux Galeries Saint-Hyacinthe, aux Galeries d'Anjou, à Place Ville Marie et au Carrefour de l'Estrie, à Sherbrooke, a énuméré Martin Lafrance, vice-président au développement de produits, au cours d'un entretien avec La Presse.

Mais il ne faut pas croire pour autant que le détaillant veut éliminer le nom Terra Nostra des centres commerciaux, a soutenu le dirigeant. « L'enseigne reste en vie. [...] Avec les magasins qui vont subsister, on croit qu'on va être encore plus forts. »

CERTAINE CONFUSION

Il faut dire que l'avenir de la chaîne Terra Nostra suscite une certaine confusion. Certaines employées et des sources de l'industrie nous ont affirmé que toutes les boutiques fermeraient à la fin du mois de février, à l'exception de celle du Complexe Desjardins.

D'ailleurs, en réaction aux rumeurs qui courent, le Complexe Desjardins cherche à savoir quelles sont les intentions du Groupe Marie Claire avec son local avantageusement situé sur la rue Sainte-Catherine, a-t-on appris d'une source proche du dossier. Le bail est encore valide pour quelques années, et le rompre occasionnerait d'importantes pénalités. Le détaillant n'aurait pas encore répondu clairement au centre commercial.

Martin Lafrance n'a pas été en mesure de nous dire pourquoi les employés croyaient que toute la chaîne fermera.

TRANSFORMATIONS ET DÉFIS DE GESTION

Certains locaux de Terra Nostra seront utilisés par d'autres enseignes du groupe, comme Marie Claire et San Francisco. Ce sera le cas à Sherbrooke, à Anjou et à Place Ville Marie, a indiqué l'entreprise.

Terra Nostra est la seule enseigne du détaillant qui vend des vêtements pour hommes. « C'est sûr qu'un magasin unisexe, c'est plus de défis à gérer qu'un San Francisco », dit M. Lafrance. De plus, San Francisco vise une « clientèle plus large » et « génère de bons volumes ». Tandis que Terra Nostra est « plus nichée » avec ses collections « haut de gamme et d'avant-garde » qui rejoignent un public « plus urbain ».

Le Groupe Marie Claire compte quelque 300 magasins au Canada, ce qui en fait l'un des plus importants détaillants de vêtements du Québec, avec Reitmans, Ardène et Groupe Dynamite (Dynamite/Garage). L'entreprise privée appartient à Réal Lafrance.

Le marché du vêtement se porte quand même assez bien au Québec depuis un certain temps. Selon Statistique Canada, les ventes ont augmenté de 1,0 % en novembre dernier (derniers chiffres disponibles) par rapport au même mois un an plus tôt.