La direction des grands magasins Target (TGT) se déclare encore «excitée» par son implantation imminente au Québec, malgré certains résultats mitigés dans ses premiers magasins au Canada ouverts au cours des cinq derniers mois.

Mis à jour le 22 août 2013
Martin Vallières LA PRESSE

Après l'ouverture d'une soixantaine des 124 magasins prévus au Canada à court terme, Target prépare l'ouverture d'un premier lot de 16 magasins au Québec au cours des prochaines semaines. Neuf autres suivront à la fin de l'automne, afin d'avoir 25 Target en exploitation au Québec en fin d'année.

Mais entre-temps, certains résultats déçoivent. «En effet, parmi nos [68] magasins ouverts au Canada, nous obtenons des ventes un peu inférieures à ce qui était prévu dans certaines sections, comme les aliments et les soins corporels, qui sont des générateurs d'achalandage», a reconnu Tony Fisher, président de Target Canada, lors d'un entretien avec La Presse Affaires, hier, en marge des résultats trimestriels divulgués par la maison mère américaine.

«En contrepartie, dans les vêtements et les articles de décoration, par exemple, nos ventes ont été plus fortes que prévu, jusqu'au double dans certains cas, a-t-il ajouté. Nous avons quelques ajustements à faire dans nos nouveaux magasins au Canada. Mais ce n'est pas inattendu, comme chaque fois que nous sommes entrés dans de nouveaux marchés d'envergure.»

Quant aux prochains magasins au Québec? «C'est excitant pour nous d'arriver très bientôt au Québec parce que ça représente plus que l'ouverture de magasins. C'est une première expérience pour Target d'avoir à traduire notre marque et nos slogans dans une nouvelle langue. À titre personnel, aussi, je m'efforce d'en comprendre le plus possible en français avec nos nouveaux dirigeants et employés au Québec, même si ma connaissance demeure minimale.»

Par ailleurs, Tony Fisher a vanté l'entente annoncée récemment avec le groupe Metro, afin de confier à sa filiale Brunet la gestion des pharmacies dans une vingtaine des magasins Target prévus au Québec.

«Nous sommes très contents d'avoir établi ce partenariat avec Metro et Brunet, parce qu'il s'agit de marques solidement établies au Québec. Cela dit, comme ailleurs au Canada, ce ne sont pas tous nos magasins au Québec qui auront une pharmacie. Ça dépendra des caractéristiques de chaque marché local», a indiqué M. Fisher.

Parmi les 25 magasins Target prévus au Québec en fin d'année, les premiers ouvriront dans les prochaines semaines dans la grande région de Montréal (9). En province, les premiers magasins ouvriront dans la région de Québec (3) ainsi qu'à Gatineau, Trois-Rivières, Joliette et Saint-Georges de Beauce.

Résultats mitigés

En parallèle de ces autres inaugurations au Canada, les hauts dirigeants de Target doivent composer avec des résultats d'exploitation à court terme qui sont inférieurs aux attentes.

Les résultats du deuxième trimestre divulgués hier montraient un net recul de la rentabilité du deuxième détaillant en taille aux États-Unis, après Wal-Mart.

Ce recul a été attribué à deux facteurs principaux. Aux États-Unis, comme d'autres détaillants d'importance, Target ressent une soudaine timidité des consommateurs après l'embellie des derniers trimestres.

Au Canada, l'expansion de Target s'avère un peu plus coûteuse que prévu à court terme. Aussi, les ventes dans certaines catégories de produits dans les premiers magasins sont plus "molles" qu'anticipé.

Conséquence: malgré des ventes initiales de 275 millions US durant le trimestre terminé le 3 août, Target Canada est encore en déficit de 169 millions après la comptabilisation d'un quart de milliard en frais spéciaux d'expansion et d'amortissement de nouveaux actifs.

Ce déficit initial plus élevé que prévu au Canada a pesé sur les résultats de toute l'entreprise. Target a déclaré un bénéfice net en recul de 13% au deuxième trimestre, alors que ses ventes totales étaient en hausse modeste de 2%, à 17,1 milliards.

Sur la Bourse américaine, les investisseurs ont exprimé leur déception en laissant glisser les actions de Target de 3,6%, à 65,50$US, un prix qui remontait à la mi-mars.

Pour le président de Target Canada, cependant, les premiers résultats, d'apparence mitigée, demeurent trop sommaires pour entacher les ambitions du détaillant de ce côté-ci de la frontière.

«Le plan d'expansion au Canada que nous avons entrepris il y a un peu plus de deux ans était très dynamique, avec l'objectif de 6 milliards de ventes à la cinquième année d'exploitation», a insisté M. Fisher.

«Nous maintenons entièrement cet objectif à moyen terme. Quant aux quelques ajustements à court terme, c'est encore normal, considérant qu'il s'agit de notre première expansion hors des États-Unis.»

---------------

EN CHIFFRES

TARGET AU DEUXIÈME TRIMESTRE

(terminé le 3 août 2013)

Réseau : 1788 grands magasins aux États-Unis et 68 au Canada

> Ventes totales: 17,1 milliards US (" 2% en un an)

> Bénéfice avant intérêt et impôt: 1,1 milliard US (- 9,8%)

> Bénéfice net: 611 millions US (- 13%)

TARGET CANADA AU DEUXIÈME TRIMESTRE

(terminé le 3 août 2013)

> Ventes totales: 275 millions US

> Déficit avant intérêt et impôt: 169 millions US

> Magasins ouverts: 68 (sur 124 prévus en fin 2013)

> Objectif quinquennal: 6 milliards de ventes

TARGET AU QUÉBEC

> 25 magasins prévus d'ici la fin de l'année

> Embauches à ce jour: 3000 des 5000 employés prévus à terme

Sources: Target, Bloomberg, archives médias Eureka