Le premier trimestre a été désastreux pour les ventes des détaillants canadiens. Et l'analyste Keith Howlett, de Valeurs mobilières Desjardins, estime que le reste de l'année 2009 sera tout aussi difficile.

Hugo Fontaine
Hugo Fontaine LA PRESSE

Car en plus de l'incertitude économique générée par la récession, on peut s'attendre à autre «un vent de face». Il prendra la forme d'une pression additionnelle sur les marges bénéficiaires en raison de la baisse du dollar canadien dans la dernière année. La tenue du dollar influence en effet le coût d'achat des produits importés.

De juin à septembre 2008, le dollar s'était maintenu entre 0,95 et 1$US, ce qui faisait l'affaire des détaillants importateurs. Mais le dollar s'est effondré en octobre et n'a franchi à nouveau le seuil des 0,85$ au début du mois de mai.

Pendant ce temps, les détaillants ont annoncé des baisses majeures de leurs ventes comparables au premier trimestre de 2009. Rona a reculé de 8,5% et Sears Canada, de 10,4%. Les magasins de meubles Brick ont vu leurs ventes chuter de 20,9%. Les magasins La Senza ont fait un peu moins pire, avec des ventes en déclin de 14%. Wal-Mart n'a pu améliorer ses ventes, tandis que Canadian Tire s'en est tiré avec une hausse 2,5%.

Vendredi, Statistique Canada a fait état d'un recul des ventes de 4,9% en mars par rapport à mars 2008. C'est tout de même mieux que les reculs enregistrés en novembre et en décembre, note Keith Howlett.

Il n'en demeure pas moins que dans le secteur du commerce de détail, l'analyste continue de recommander les titres des Shoppers Drug Mart, Jean Coutu, Metro et Forzani.