Alberta: l'eldorado pétrolier a perdu de son attrait

Selon les estimations, ce sont près de 100... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Selon les estimations, ce sont près de 100 000 personnes qui ont perdu leur emploi en un peu plus de deux ans en Alberta dans le sillage de la chute des cours du brut, et le taux de chômage est passé d'à peine 4% à plus de 7% en avril.

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Montréal

La province de l'Ouest canadien de l'Alberta, en proie à de gigantesques feux de forêt, a longtemps été synonyme d'argent rapidement gagné et de plein emploi avant la chute des prix du pétrole.

Grande comme la France, couverte dans sa moitié nord par la forêt boréale, domaine de conifères comme l'épicéa ou le pin gris, la province est riche de pétrole lourd des sables bitumineux dont l'exploitation à grande échelle est récente tant les coûts d'extraction sont conséquents.

Disposant des troisièmes plus importantes réserves d'or noir au monde, le Canada s'est hissé en quelques années au cinquième rang des producteurs de brut.

Des flux de populations ont déferlé vers l'Alberta, nouvel eldorado pétrolier, notamment vers les bassins de l'Athabasca et la grande région de la ville pétrolière de Fort McMurray où le nombre d'habitants a été multiplié par plus de 10 en 50 ans.

Sur la dernière décennie, la population albertaine a augmenté plus de deux fois plus vite en moyenne que celle du Canada, selon l'institut de la statistique canadien, et représente, avec ses 4,2 millions d'habitants, plus de 11% de la population canadienne. Le PIB du seul secteur pétrolier a lui été multiplié par quatre en 30 ans.

Mais la chute des cours du brut a plombé l'économie de la province la plus riche. Avant la crise, le revenu médian d'un ménage était de l'ordre de 100 000$ CAD, soit 20 000$ de plus que la moyenne canadienne.

La chute des cours a ralenti les investissements des compagnies pétrolières qui ont massivement licencié comme leurs sous-traitants et toutes les sociétés de services des immenses bases de vie qui hébergent des milliers de travailleurs.

Selon les estimations, ce sont près de 100 000 personnes qui ont perdu leur emploi en un peu plus de deux ans dans le sillage de la chute des cours du brut, et le taux de chômage est passé d'à peine 4% à plus de 7% en avril.

Avec l'arrêt ou le net ralentissement des activités pétrolières depuis le déclenchement du feu à Fort McMurray, la production a chuté de 1,2 million de barils par jour, selon l'institut Conference Board. Un manque à gagner d'un milliard de dollars canadiens pour le PIB de la région, une facture qui continue à augmenter.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer