Source ID:e163efbb-f238-4937-8e76-eff6ba08e1f2; App Source:alfamedia

Débat Krugman-Rogoff: crise financière, marijuana et inflation

Pour la première fois de leur longue carrière,... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Pour la première fois de leur longue carrière, les économistes américains Paul Krugman (à gauche) et Kenneth Rogoff (à droite) croisaient le fer lors d'un débat, hier à Montréal. Le professeur de l'Université McGill Christopher Ragan (au centre) jouait le rôle de modérateur.

Photo François Roy, La Presse

Le Canada doit-il devenir le premier pays à doubler sa cible d'inflation pour la faire passer de 2 à 4 % ?

Paul Krugman, Prix Nobel et chroniqueur du New York Times, a profité hier soir du premier face-à-face de sa carrière l'opposant à son tout aussi célèbre collègue économiste Kenneth Rogoff - prof de Harvard et ancien économiste en chef du FMI - pour lancer le débat sur la cible d'inflation des banques centrales devant l'auditoire réuni par CFA Montréal.

« En économie, le Canada a souvent été le premier pays [dans plusieurs domaines]. Il devrait être le premier pays à hausser la cible d'inflation à 4 % [de façon permanente] », dit Paul Krugman, critiquant le modèle actuel, dont la cible d'inflation est de 2 %.

« Les gens pensaient qu'un pourcentage de 2 % ne deviendrait jamais 0 %, que les effets de la cible à 2 % seraient mineurs sur le marché du travail. Le monde est plus déflationniste que nous le pensions. »

Kenneth Rogoff, qui se dit au centre (contrairement à son adversaire idéologique, clairement identifié à la gauche américaine), n'est pas d'accord avec une cible d'inflation fixée en permanence à 4 %. « Il y a de bonnes raisons de hausser la cible de façon temporaire à 4 % et même à 6 % », dit-il. Mais pas de façon permanente. « Ça pourrait fonctionner si vous venez de Mars et que vous recréez le système de toutes pièces, mais la transition est trop problématique. » « Je me rappelle l'inflation à 4 %, au cours du second mandat de Reagan. Je ne crois pas que c'était le chaos », réplique Paul Krugman.

Marijuana et lois électorales

Quel sujet inattendu a-t-il fait surface au cours de ce débat entre deux membres du Groupe des Trente (club sélect d'économistes internationaux) où ils ont notamment discuté en détail de la crise financière ? La légalisation de la marijuana. L'économiste Kenneth Rogoff est d'accord avec cet engagement du nouveau premier ministre Justin Trudeau. « C'est une excellente idée pour la lutte contre le crime », dit-il. De façon plus importante, le professeur de Harvard suggère toutefois une réforme des politiques d'immigration. « Vous avez une population âgée », dit-il.

S'ils sont souvent en désaccord, les deux économistes s'entendent sur la nécessité de réformer les lois électorales américaines pour diminuer l'influence des citoyens les mieux nantis. « Ça corrompt la démocratie », dit Kenneth Rogoff. « Moins de 200 familles représentent plus de la moitié des contributions politiques [pour 2016]. Ce n'est pas sain », renchérit Paul Krugman, qui estime qu'il s'agit d'un « cercle vicieux » dans un système électoral basé sur le principe d'« une personne, un vote ».

Ils ont dit

PAUL KRUGMAN

« Je suis un opposant mou [au Partenariat transpacifique]. Je n'y suis pas favorable, mais je ne crois pas qu'il soit si mauvais. »

« [La loi sur la réglementation des banques] Dodd-Frank n'est pas bête, mais elle est limitée. Ce qui m'inquiète, avec la loi Dodd-Frank, c'est que sa solution s'apparente à la définition de la pornographie : quand on en voit, on sait que c'en est. On fera quoi [avec la réglementation des banques] quand le président Carson nommera Ron Paul comme secrétaire au Trésor ? La loi Dodd-Frank demande d'avoir des gens responsables au gouvernement, et Dieu sait qu'on ne peut pas compter là-dessus... »

« Je ne suis pas sûr que je crois à la croissance à 2 % [par an au Canada]. C'est une économie qui est basée sur les ressources naturelles et qui a l'air d'une bulle immobilière qui n'a pas dégonflé. »

KENNETH ROGOFF

« Tout le monde est d'accord, je le dis depuis sept ans : nous devrons avoir plus de dépenses d'infrastructures. C'est une réponse évidente, c'est une réponse économique classique. »

« Pour les gens qui ont écouté ce que j'ai dit et lu ce que j'ai écrit à l'époque [au début de la crise financière], la conclusion de mes travaux était que des pays comme le Portugal et la Grèce devaient profiter d'allégements de leur dette. Paul, vous semblez comme par hasard avoir oublié ça [dans vos critiques]. »

« [Au fil des ans], [le Japon a] fait beaucoup de stimulus et n'a pas apporté beaucoup de réformes structurelles. [...] Ce n'est pas une société qui tolère bien l'immigration. C'est un grand problème structurel. »




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer