Harper fait la promotion des entreprises exportatrices en Chine

Le premier ministre Stephen Harper s'est entre autres... (Photo Reuters)

Agrandir

Le premier ministre Stephen Harper s'est entre autres entretenu avec Jack Ma, le numéro un du Groupe Alibaba, le leader mondial du commerce électronique.

Photo Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
HANGZHOU, Chine

Le premier ministre Stephen Harper a fait la promotion des entreprises exportatrices du Canada, vendredi, lors de la première journée complète de son troisième voyage officiel en Chine.

M. Harper a pris la parole lors d'une rencontre de gens d'affaires du Canada et de la Chine à Hangzhou.

Il a notamment annoncé que le Canada ouvrirait de nouveaux bureaux commerciaux à Hangzhou, Xi'an, Xiamen et Tianjin, dans le but d'aider les entreprises canadiennes à prospérer dans des régions de la Chine où la croissance est particulièrement forte.

Ces villes ont été choisies, car elles offrent de bonnes opportunités pour les entreprises de domaines prometteurs tels l'électronique, l'aérospatiale, l'automobile, la médecine, les services financiers et l'énergie.

«Au Canada, nous avons déjà un demi-million d'emplois qui dépendent directement de nos liens économiques avec la Chine», a dit M. Harper.

Après sa rencontre d'affaires, le premier ministre et son épouse Laureen ont arpenté le quartier commercial animé du centre-ville de Hangzhou. Ils ont pris un bain de foule avant de visiter un musée consacré à la médecine traditionnelle chinoise.

M. Harper s'est aussi entretenu avec Jack Ma, le numéro un du Groupe Alibaba, l'équivalent asiatique d'Amazon. La rencontre a servi à aider les gens d'affaires canadiens à stimuler leurs affaires dans le commerce électronique.

M. Ma a d'ailleurs fait part de son but de vendre 200 000 homards du Canada sur son site le 11 novembre, la journée de l'année où Alibaba offre des aubaines importantes.

L'objectif de la compagnie, a dit M. Ma, est d'aider les petites et moyennes compagnies canadiennes, des cultivateurs de cerises aux pêcheurs de homards, à vendre leurs produits à la classe moyenne chinoise, qui connaît une croissance rapide.

Cette croissance est «une opportunité exceptionnelle», a dit M. Harper.

M. Ma dit que 120 millions de personnes magasinent sur Alibaba chaque jour.

«Nous voulons aider les petits joueurs, car les gros noms, ils n'ont pas besoin de nous», a dit M. Ma, un natif de Hangzhou qui a lancé sa compagnie à partir de son appartement il y a 15 ans.

Alibaba emploie 30 000 personnes. En septembre, un appel public aux investisseurs a généré 25 milliards.

M. Ma a dit que les pêcheurs canadiens ont vendu 20 000 homards l'an dernier, et qu'il espère que le chiffre va décupler cette année. Il a ajouté que son entreprise pourrait se doter d'une branche au Canada.

Des militants ont par ailleurs demandé au premier ministre du Canada d'aborder avec ses hôtes le respect des droits humains lors de son séjour en sol chinois.

Rencontre avec un antichrétien présumé

Stephen Harper a également discuté de commerce, vendredi, avec un homme accusé d'avoir ordonné la démolition de plusieurs églises catholiques dans sa province.

Le secrétaire du Parti communiste de la province de Zhejiang Xia Baolong aurait fait détruire des centaines de croix et d'églises au cours des derniers mois, selon des chrétiens de la région.

Le premier ministre canadien a rencontré M. Xia dans un bâtiment réservé aux invités d'État, où ils ont évoqué le resserrement des liens commerciaux entre les deux pays.

M. Harper a abordé avec le politicien chinois le sujet de la liberté de religion, a indiqué un de ses porte-parole, qui n'a toutefois pas précisé s'il avait discuté de la situation des églises.

À Zhejiang, en août, des policiers ont enlevé la croix d'une église, disant qu'elle ne respectait pas les restrictions de hauteur, ce que les membres de la congrégation ont nié. Plus tôt cette année, les autorités de la province avaient décrété la démolition de 100 édifices religieux, en raison de violations présumées de règles de zonage.

En avril, l'église majestueuse Sanjiang à Wenzhou avait été rasée. Des fidèles ont dû affronter près de 4000 policiers, à Taizhou, qui ont enlevé deux croix sur une église. Selon le New York Times, 40 personnes ont été arrêtées.

«Même si c'est une construction illégale, elle aurait dû être retirée par des autorités municipales, pas par la police», a regretté la croyante, Xiao Dihua.

Une autre chrétienne a dit avoir de la difficulté à prier sans la croix.

«Sans une croix, c'est très difficile de faire face à Dieu (...) Comment peut-on avoir une église sans croix? Nous avons une croix dans notre coeur», a confié Zhu.

En Chine, le christianisme est une des religions qui augmente le plus son nombre de fidèles. Ils sont désormais près de 100 millions au pays, par rapport aux plus de 86 millions de membres du Parti communiste.

Le gouvernement conservateur a souvent critiqué la Chine pour le traitement réservé aux chrétiens.

Le bureau du premier ministre a d'ailleurs fait valoir que M. Harper allait parler des droits de la personne en Chine lorsqu'il rencontrera le président, à Pékin, en fin de semaine.

La dernière visite de Stephen Harper en Chine avait été plus tendue, alors qu'il avait auparavant accusé le gouvernement chinois de cyberespionnage. La Chine avait répondu en arrêtant deux Canadiens soupçonnés d'espionnage.

Certains membres du cabinet conservateur, comme Jason Kenney, doutent qu'il faille renforcer les liens économiques avec la Chine, notamment en raison de son bilan sur les droits de la personne.

L'expansion de la classe moyenne chinoise a toutefois amené les entreprises canadiennes à vouloir se rapprocher du pays.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer