Source ID:556507; App Source:cedromItem

Dollar à 94 cents US: bref répit pour les vacanciers

Les dépenses en dollars américains leur coûteront 5 % de... (PHOTO IAN BUSSIÈRES, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Les dépenses en dollars américains leur coûteront 5 % de moins ces temps-ci que si elles avaient été engagées il y a 3 mois à peine.

PHOTO IAN BUSSIÈRES, COLLABORATION SPÉCIALE

La remontée du dollar canadien à 94 cents américains, à son plus haut niveau en 6 mois, arrive à point nommé pour les nombreux vacanciers à destination des États-Unis.

Après conversion, leurs dépenses en dollars américains leur coûteront 5 % de moins ces temps-ci que si elles avaient été engagées il y a 3 mois à peine, alors que le dollar cotait autour des 89 cents américains.

Toutefois, ce taux de change demeure un peu moins avantageux que celui de l'été dernier alors que le dollar canadien cotait autour de 95 cents américains.

Et beaucoup moins avantageux qu'il y a 2 ans, à l'été 2012, alors que le dollar canadien était presque à parité (99 cents US) avec son voisin américain.

Une telle volatilité du taux de change fait dire aux analystes en devises et aux économistes que le rebond du dollar canadien depuis quelques semaines aurait, encore une fois, peu de chance de durer bien longtemps.

En fait, ils attribuent ce rebond aux attentes dans le marché des devises envers une prochaine remontée de taux d'intérêt par la Banque du Canada; des attentes motivées surtout par le regain de l'inflation, même encore très léger.

Aussi, avec la très bonne cote du Canada parmi les investisseurs étrangers, «la demande pour les valeurs mobilières et le dollar canadien demeure très forte», remarque notamment Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint à la Banque Laurentienne.

Pendant ce temps, la conjoncture économique au Canada continue de traîner de l'arrière par rapport au net regain de croissance qui se produit aux États-Unis.

«Au fur et à mesure que l'économie américaine améliore son momentum par rapport au Canada, le dollar [canadien] devrait se déprécier à nouveau. Et d'autant plus si la Fed [Réserve fédérale américaine] devait continuer de resserrer sa politique monétaire [réduction des achats d'obligations, remontée de taux d'intérêt]», notaient les économistes Michael Gregory et Benjamin Reitzes, de la Banque de Montréal/BMO, dans leur récent billet de conjoncture monétaire.

À l'instar de la plupart de leurs vis-à-vis dans les banques canadiennes, les économistes de BMO prévoient un rabaissement du dollar canadien autour de 91 cents US d'ici la fin de l'année.

Et dans un an, à l'été 2015, le dollar canadien pourrait se négocier autour de 87 cents US sur le marché des devises.

Prévisions des principales institutions financières (en dollar US)

Institution / fin 2014 / mi-année 2015

CIBC: 0,93/ 0,91

Desjardins: 0,93 /0,94

Laurentienne: 0,88 /0,90

Banque de Montréal: 0,91/ 0,87

Nationale: 0,92 /0,92

Royale (RBC): 0,87 /0,85

Scotia: 0,91/ 0,89

Toronto-Dominion (TD): 0,87/ 0,88

Moyenne: 0,90/ 0,89




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer