Source ID:; App Source:

Les Canadiens hésitent à déménager pour avoir un bon emploi

La principale mesure incitative citée par les répondants... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

La principale mesure incitative citée par les répondants qui envisageraient de déménager dans une autre partie du pays est une augmentation de 20% de la rémunération, en plus du paiement par l'employeur de tous les frais de déménagement.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Ottawa

Une nouvelle étude suggère que moins de la moitié des Canadiens sont prêts à déménager pour améliorer leur possibilité d'emploi, un constat qui pourrait expliquer que des entreprises se tournent vers les travailleurs étrangers temporaires.

La maison de sondage Ipsos Reid a demandé plus de 2000 Canadiens s'ils déménageraient à l'intérieur de leur province ou dans d'autres parties du pays pour un emploi.

Seulement 10% des répondants à ce sondage, mené pour le Conseil canadien de mutation d'employés (CERC), ont exprimé le désir de déménager, tandis qu'un tiers a mentionné qu'il pourrait être convaincu par un bon emploi et des mesures d'incitation appropriées.

Le dirigeant du Conseil, Stephen Cryne, estime que ces résultats sont troublants et mettent en lumière certains des défis auxquels font face les entreprises qui cherchent à attirer des travailleurs hautement qualifiés.

M. Cryne voit dans cette étude une preuve qu'il y a encore du travail à faire pour promouvoir les avantages de la mobilité de la main-d'oeuvre au Canada.

La principale mesure incitative citée par les répondants qui envisageraient de déménager dans une autre partie du pays est une augmentation de 20% de la rémunération, en plus du paiement par l'employeur de tous les frais de déménagement.

Plus de la moitié des répondants ont également déclaré que les gouvernements pourraient jouer un rôle en permettant aux employeurs d'offrir une allocation non imposable valable jusqu'à six mois pour leur permettre de s'installer dans leur nouveau logement.

Et près de la moitié ont affirmé que les employeurs devraient également être autorisés à accorder des prêts non imposables, sans intérêt, allant jusqu'à 100 000$ pour l'achat d'une maison dans leur nouveau milieu.

Le sondage est considéré comme précis à 2,5 points de pourcentage.

Selon un rapport de 2013 de Statistique Canada et la banque de données Haver Analytics, le pourcentage de la population canadienne qui déménage d'une province à une autre a baissé de façon constante, passant de 1,5% en 1977 à moins de 1,0% en 2012 .

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a recommandé au Canada de réduire les obstacles à la mobilité.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer