Le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner a ironisé vendredi sur la facilité de la tâche pour le Canada de surveiller les «cinq» établissements de son système bancaire, par rapport aux «huit mille» des États-Unis.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Le Canada, un système beaucoup plus stable, un système beaucoup plus simple (...) n'a pas souffert d'une crise comme celle-là, comment cela se fait-il?», s'est-il interrogé, lors d'une conférence à Hanover.

«Parce qu'ils ont rendu difficile pour les gens d'emprunter trop en garantissant leur emprunts sur la valeur de leur logement et ils ont exigé des banques qu'elles soient dirigées de manière plus prudente», a-t-il affirmé, lors de cette conférence à l'université de Dartmouth, retransmise sur internet.

«Et ils n'en ont que cinq. Nous en avons huit mille. C'est difficile de suivre», a-t-il plaisanté.

Interrogé sur les causes de la crise financière, M. Geithner a estimé qu'elle était due aux risques pris par les banques.

«C'était une erreur similaire» qui a été faite aux États-Unis et ailleurs, a-t-il répondu.

«Une erreur similaire que les banques ont faite au travers de l'histoire qui est de ne pas se projeter dans l'avenir, de ne pas se préparer à la probabilité que le monde soit plus instable, que nous soyons confrontés à des récessions, que les prix des maisons baissent, ne montent pas toujours», a expliqué le secrétaire au Trésor.

Afin d'éviter de telles crises à l'avenir, il a plaidé pour des obligations plus strictes en matière de fonds propres. «Je ne connais pas de meilleure solution que celle-là», a-t-il souligné.