Le budget fédéral, écarté le temps des élections fédérales, a finalement été adopté par la Chambre des communes, lundi.

LA PRESSE CANADIENNE

Cette mesure marque le début d'une série de projets de loi que le gouvernement conservateur se pressera de faire adopter grâce à sa nouvelle majorité parlementaire.

Le budget déposé par le ministre des Finances, Jim Flaherty, a été adopté à 167 voix contre 131. Les députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) et du Parti libéral ont voté contre le document.

Les partis d'opposition avaient fait part de leur intention de voter contre le budget 2011, déposé pour la première fois le 22 mars, mais n'avaient jamais pu le faire en raison du déclenchement des élections.

Le gouvernement de Stephen Harper avait été défait après que le Parlement eut voté une motion de censure.

L'adoption du budget signifie que les mesures annoncées -telles l'augmentation des prestations pour la Sécurité de la vieillesse et le retour du programme des rénovations écologiques- iront de l'avant.

Le gouvernement conservateur a ajouté dans le document son engagement de verser les 2,2 milliards de dollars au Québec pour l'harmonisation des taxes de vente fédérale et provinciale.

Le budget prévoit aussi l'élimination du déficit fédéral d'ici 2014-2015.

Le premier ministre Stephen Harper a misé l'ensemble de sa campagne électorale sur les mesures budgétaires présentées en mars, pressant les Canadiens de maintenir le cap en portant au pouvoir les conservateurs.

Pour le ministre d'État des Finances, Ted Menzies, le véritable vote sur le budget a eu lieu le 2 mai, jour de scrutin au Canada.

«Les Canadiens ont voté massivement et nous ont fait savoir que notre gouvernement faisait un bon travail, que nous avions un bon plan», a-t-il affirmé.

Le budget comportait une autre nouveauté, soit l'abolition des subventions publiques aux partis politiques.