Annoncée au printemps comme «vigoureuse» et «fermement enracinée», la reprise économique traverse un trou d'air au Canada, comme dans l'ensemble des pays riches, à commencer par les États-Unis.

Publié le 18 nov. 2010
LA PRESSE CANADIENNE

L'OCDE l'a confirmé dans ses dernières Perspectives économiques publiées jeudi matin à Paris. Dans ce rapport, l'Organisation de coopération et de développement économique revoit ses prévisions à la baisse pour le Canada, misant sur une croissance «modérée» de l'activité en 2011 et 2012.

«La reprise économique canadienne a connu une forte décélération avec le fléchissement de l'expansion de la demande extérieure et un repli de la croissance des dépenses des ménages. Il est néanmoins prévu que l'activité progresse à un rythme modéré en 2011-12», expliquent les économistes.

Dans ses précédentes perspectives, publiées en mai dernier, l'OCDE tablait, pour 2010, sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 3,6% : elle ne sera finalement que de 3%. Pour l'année prochaine, les prévisions sont plus pessimistes encore. Selon les experts, la croissance ne dépassera pas les 2,3% en 2011 (comparativement aux 3,2% annoncés dans les prévisions du printemps). Après ce ralentissement, le PIB devrait augmenter de 3% en 2012.

L'OCDE prévoit que l'économie mondiale, tirée vers le haut par la Chine (avec ses 9,7% de croissance) et l'Inde, progressera de 4,2 et 4,6% en 2011 et 2012. En revanche, pour les pays industrialisés de la seule zone OCDE (33 membres) , la croissance sera nettement plus faible. Elle devrait plafonner à 2,8% cette année, avant de ralentir à 2,3% en 2011 (contre 2,8% prévus en mai) puis de remonter à 2,8% en 2012.

Aux États-Unis, les prévisions ont été revues à la baisse de manière plus marquée encore. L'économie américaine progressera de 2,7% en 2010 puis de seulement 2,2% en 2011, mais elle devrait connaîtra un rebond en 2012, avec une croissance du PIB de 3,1%. Dans ses Perspectives économiques de mai dernier, l'OCDE prévoyait des hausses de l'activité économiques américaine de 3,2% pour 2010 et 2011.