Les cotisations annuelles d'assurance-emploi devraient être appelées à grimper de 15 cents par tranche de gains assurables de 100 $, soit le maximum établi, si le compte de l'assurance-emploi veut se rapprocher de l'équilibre dans cinq ans, a estimé jeudi le directeur parlementaire du budget.

LA PRESSE CANADIENNE

Cette mesure se traduirait par une augmentation moyenne de 535 $ à la contribution annuelle d'un travailleur en 2014, par rapport à aujourd'hui. Dans l'ensemble, 223 $ de cette augmentation proviendrait de l'employé et 312 $ de l'employeur.

La contribution annuelle maximale à l'assurance-emploi versée par les employés est actuellement d'un peu plus de 730 $.

La combination de ces hausses des cotisations avec l'augmentation du nombre de travailleurs et les hausses de salaire ferait passer les revenus d'assurance-emploi d'Ottawa de 16,2 milliards l'an dernier à 27,1 milliards en 2014.

Mais selon le bureau du directeur parlementaire du budget, malgré cette croissance, le fonds afficherait toujours un déficit de 700 millions en 2014. Cela est cependant inférieur au déficit de 10,7 milliards projeté pour 2011, un sommet.

Pour l'instant, le gouvernement a gelé les contributions jusqu'en 2011 dans le cadre de son plan de relance économique de deux ans.

Les partis d'opposition qualifient les hausses de cotisations d'assurance-emploi de nouvelle taxe pour les travailleurs, tandis que le gouvernement considère que l'assurance-emploi est un fonds d'assurance autofinancé, appuyé par les travailleurs et les employeurs.