Le Canada et l'Union européenne (UE) entament cette semaine à Bruxelles une seconde ronde de négociations en vue de conclure «un accord économique et commercial global», a annoncé lundi le ministre canadien du Commerce international, Stockwell Day.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La conclusion de ce nouveau partenariat économique et commercial est une «priorité» pour le Canada, a indiqué M. Day dans un communiqué, ajoutant qu'il pourrait faire croître le PIB canadien d'au moins 12 milliards de dollars canadiens par année, et le commerce bilatéral, de 38 milliards de dollars.

C'est en mai 2009 que le Canada et les 27 se sont entendus pour lancer ces négociations, malgré le mécontentement d'Ottawa suite à l'interdiction par le Parlement européen du commerce des produits du phoque dans l'UE.

La première séance de négociations, qui a eu lieu en octobre dernier, a été «fructueuse», donnant lieu à «d'importants progrès» dans le domaine des «biens et services, les marchés publics, la coopération en matière de réglementation et le règlement des différends», a rappelé M. Day.

D'ici l'automne 2010, trois autres séances de négociations suivront celle prévue cette semaine à Bruxelles. La troisième aura lieu à Ottawa pendant la semaine du 19 avril.

L'UE est le deuxième partenaire le plus important du Canada en matière de commerce et d'investissements, après les États-Unis. Pour les neuf premiers mois de 2009, le Canada a exporté pour près de 32,9 milliards de dollars de biens et services vers l'UE, tandis que ses importations totalisaient près de 39,7 milliards de dollars pendant la même période.

Un éventuel accord «global» profiterait à plusieurs secteurs de l'économie canadienne, notamment à l'aérospatiale, les produits chimiques, l'aluminium, les produits du bois, la pêche et l'automobile, a précisé M. Day.