Développement économique Canada accordera un prêt de 4 millions de dollars à Cavalia pour permettre la création d'un deuxième spectacle équestre et l'aménagement d'un centre d'entraînement à Sutton.

Marie Tison
Marie Tison LA PRESSE

«Ça nous donne une perspective à long terme, a déclaré le grand patron de Cavalia, Normand Latourelle, en entrevue avec La Presse Affaires. Ça nous donne un lieu pour entraîner à la fois des chevaux et des artistes, pour démarrer de nouveaux spectacles. C'est une espèce d'incubateur où nous pourrons créer nos idées.»

Ce n'est pas la première fois qu'Ottawa participe à la chevauchée de Cavalia. En juillet 2003, Développement économique Canada avait accordé un prêt de 1,65 million de dollars au projet initial de Cavalia, qui portait alors le nom de Voltige.

Depuis, le spectacle équestre a visité une trentaine de villes en Amérique du Nord et en Europe et a été vu par près de 2,5 millions de spectateurs. Il a également permis de créer 150 emplois directs. Et il y a belle lurette que Cavalia a remboursé les prêts accordés par Développement économique Canada (DEC) et par des investisseurs privés.

«C'est une belle preuve que lorsque DEC donne son soutien, il y a souvent une récidive et on peut compter sur des projets d'avenir, a commenté le ministre d'État de Développement économique Canada, Denis Lebel, en entrevue avec La Presse Affaires. Le succès de Cavalia nous sécurise énormément. C'est une organisation qui va continuer de grandir.»

M. Latourelle n'a pas voulu donner de détails sur le contenu du deuxième spectacle de Cavalia, sinon pour dire qu'il mettra encore en scène des chevaux, des acrobates, du multimédia, de la danse et des éléments de théâtralité.

«La scénographie sera totalement différente, ce sera une surprise totale», a-t-il déclaré.

Le nouveau spectacle, qui nécessitera un investissement total de 26 millions de dollars, permettra la création de 170 emplois. Il sera présenté à Montréal dans environ deux ans, avant de partir en tournée nord-américaine.

Pour sa part, le centre d'entraînement de Sutton permettra la création de 25 emplois directs.

«Cavalia contribue à la créativité et à la richesse culturelle du pays, mais nous voyons également ce projet sous l'angle du développement économique, a affirmé le ministre Lebel. Tout comme nous soutenons les grands festivals, qui amènent les touristes de l'extérieur chez nous, cette contribution permet de générer de l'activité économique dans la province.»