Le ministre des Finances, Jim Flaherty, prévient les Canadiens que le déficit prévu en 2009-2010 sera nettement plus imposant que ce qu'il avait estimé dans son budget déposé en janvier.

Joël-Denis Bellavance
Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

M. Flaherty a laissé tomber cette bombe cet après-midi à l'issue d'une rencontre avec ses homologues provinciaux à Chelsea, en Outaouais. Il a expliqué que les revenus de l'État sont moins élevés en raison d'une diminution des impôts payés par les particuliers et les entreprises et un hausse des coûts des programmes sociaux, dont l'assurance-emploi. «Le déficit sera substantiellement plus élevé que prévu», a affirmé le grand argentier du pays, refusant toutefois de chiffrer ce nouveau boulet financier.

Dans son dernier budget, M. Flaherty estimait que le déficit s'élèverait à 34 milliards de dollars au cours de l'exercice financier 2009-2010 et de 31 milliards en 2010-2011.

M. Flaherty a indiqué qu'il précisera l'ampleur du déficit du présent exercice financier à l'occasion de la mise à jour de la situation économique prévu d'ici la fin juin à la Chambre des communes.

«Nous sommes confrontés à une récession sévère», a-t-il affirmé.

Par ailleurs, M. Flaherty a indiqué qu'il s'était entendu avec ses collègues des provinces afin de créer un groupe de travail pour étudier la viabilité des régimes de pensions au pays. Ce groupe de travail devra présenter ses recommandations d'ici la fin de l'année.