Petro-Canada (T.PCA) et Suncor Energy (T.SU) ont annoncé lundi la fusion de leurs activités, ce qui donnera naissance à un géant mondial de l'énergie dont la valeur totalisera environ 43,3 milliards de dollars.

LA PRESSE CANADIENNE

La nouvelle entreprise, qui sera exploitée sous la dénomination Suncor, deviendra la plus importante société pétrolière au Canada et la cinquième en Amérique du Nord.«Il s'agit d'une réponse toute canadienne aux défis imposés par l'incertitude des marchés mondiaux, et, de façon encore plus importante, c'est une stratégie toute canadienne qui permet de libérer le potentiel de ces deux grandes compagnies et leurs employés pour l'avenir», a affirmé le chef de la direction de Petro-Canada, Ron Brenneman, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

«Nous devons nous attaquer de front au problème de la concurrence mondiale en période d'incertitude. En ces temps difficiles, nous croyons qu'unir nos forces fournira la force dont nous avons besoin pour être un leader dans la création de valeur au sein d'une industrie extrêmement concurrentielle.»

L'entente évalue Petro-Canada à 19,18 milliards $, en se basant sur le cour de son action à la clôture vendredi dernier à la Bourse de Toronto. La nouvelle entreprise aura des ressources disponibles d'environ 7,5 milliards de baril équivalent pétrole de réserves prouvées et probables, ont précisé les deux sociétés.

Les actionnaires actuels de Suncor recevront une action de la nouvelle entreprise pour chacune des actions de Suncor qu'ils détiennent. Leur participation totalisera 60 pour cent de la nouvelle Suncor. Les actionnaires de Petro-Canada recevront pour leur part 1,28 action de le nouvelle Suncor pour chaque action de Petro-Canada qu'ils possèdent.

Les actionnaires de Petro-Canada détiendront les derniers 40 pour cent de la nouvelle entité, dont le siège social sera installé à Calgary, en présumant que l'échange d'actions proposé sera approuvé par les conseils des deux entreprises, comme prévu.

Les deux entreprises sont actives dans le secteur des sables bitumineux et toutes deux ont des activités dans le raffinage et la vente au détail. Elles prévoient que la transaction réduira leurs coûts de 300 millions $, dans un contexte où le secteur pétrolier albertain est aux prises avec de difficiles conditions économiques.

L'action de Petro-Canada a explosé de 6,46 $, soit plus de 21 pour cent, et se transigeait à 36,11 $ à la Bourse de Toronto lundi après-midi, tandis que celle de Suncor avançait de six pour cent, soit 1,61 $, à 28,48 $.

Concentrée sur les sables bitumineux

Le portefeuille de Petro-Canada comprend des actifs à travers le monde, notamment dans les sables bitumineux, sur la côte Est, en Libye, dans la mer du Nord et ailleurs.

En comparaison, Suncor, la plus vieille entreprise canadienne de ce secteur et plus grand exploitant des sables bitumineux, détient la plupart de ses activités dans ce dernier secteur.

La nouvelle entité se concentrerait principalement sur le Canada et ses sables bitumineux, a noté le chef de la direction de Suncor, Rick George, précisant que tous les autres actifs seraient réévalués.

«Notre approche sera très disciplinée. Elle sera orientée sur les sables bitumineux canadiens», a-t-il indiqué.

Même si le nom de Suncor sera utilisé à tous les niveaux corporatifs de la nouvelle entité, la bannière Petro-Canada survivra pour les commerces de vente au détail de produits raffinés comme l'essence et le diesel.

«Ce que nous tentons de faire, c'est de tirer profit de la valeur de marque de ces deux entreprises. Nous croyons que Suncor jouit d'une excellente reconnaissance de marque dans la communauté des investisseurs et c'est pourquoi nous avons choisi, ensemble, d'aller de l'avant avec le nom corporatif de Suncor», a affirmé M. Brenneman.

«Mais nous sommes aussi conscients que Petro-Canada détient la meilleure reconnaissance de marque sur le marché canadien alors nous voulons aussi tirer profit de cela en faisant la vente de nos produits pétroliers par le biais de la marque Petro-Canada.»

La proposition est assujettie à l'approbation des actionnaires et des autorités réglementaires, et la clôture de la transaction devrait avoir lieu au troisième trimestre de 2009.