General Motors a demandé vendredi au Canada une aide pouvant aller jusqu'à six milliards de dollars (7,5 milliards de dollars canadiens) afin de mener à terme son plan de restructuration, expliquant être à court de liquidités.

Mis à jour le 20 févr. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le constructeur automobile américain maintiendra entre 17 et 20% de sa production mondiale dans la province canadienne d'Ontario et ne prévoit pas d'y fermer de nouvelle usine, a-t-il affirmé dans son plan de restructuration remis vendredi aux gouvernements du Canada et d'Ontario. GM n'a pas chiffré le montant de l'aide financière demandée aux deux gouvernements, mais a indiqué souhaiter un montant «proportionnel» aux 30 milliards de dollars qu'il a demandés mardi aux autorités américaines.

Parmi les mesures envisagées pour réduire ses coûts, le constructeur souhaite baisser les salaires de ses 12 000 employés canadiens ainsi que les pensions de retraites versées aux 56 000 retraités canadiens de l'entreprise.

Le groupe veut également réduire de 10% le salaire de ses hauts dirigeants.

GM envisage de lancer au Canada la production de cinq nouveaux véhicules, dont certains à moteurs hybrides, ainsi que d'y développer ses recherches sur les véhicules électriques.