Deux importants syndicats estiment que les gouvernements fédéral et provinciaux devraient adopter une politique «Achetez canadien» afin de sauver des emplois.

Mis à jour le 10 févr. 2009
LA PRESSE CANADIENNE

Le syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) et le Syndicat canadien des métallurgistes unis d'Amérique estiment que les sommes consacrées aux projets d'infrastructures devraient bénéficier aux travailleurs canadiens.

Ces demandes surviennent après qu'Ottawa eut tenté d'influencer Washington pour que la politique «Achetez américain» ne figure pas dans le plan de plusieurs milliards de dollars consacré à la relance de l'économie.

Le président des TCA, Ken Lewenza, a affirmé que les gouvernements fédéral et provinciaux sont prêts à dépenser des milliards de dollars sans qu'il ne soit garanti que ces sommes serviront à maintenir des emplois au Canada. Selon lui, il ne s'agit pas de mesures protectionnistes, mais plutôt d'une question de bon sens.

Pour sa part, le directeur national des métallos, Ken Neumann, croit que le premier ministre Stephen Harper devrait évoquer ce sujet lors de la visite du président des États-Unis, Barack Obama, la semaine prochaine. «Il ne s'agit pas de protectionnisme», a-t-il assuré.

Cet appel peut sembler curieux, puisque ces deux chefs syndicaux ont mentionné à maintes reprises à quel point leur secteur respectif était intégré à l'économie américaine.

Selon M. Neumann, les synergies entre le Canada et les États-Unis font en sorte que le temps est indiqué pour qu'une politique «Achetez canadien» soit adoptée.

Ken Lewenza a ajouté qu'une crise financière sévissait à l'échelle planétaire. «Le Canada a besoin des États-Unis, un important partenaire commercial, mais les États-Unis ont également besoin du Canada, a-t-il lancé. Alors, dans les secteurs que nous représentons, il y a évidemment une intégration qui est extrêmement nécessaire.»