Source ID:; App Source:

Ford va réduire ses effectifs partout à travers le monde

Ford a annoncé le 25 juillet qu'il allait... (Photo Edgard Garrido, Archives Reuters)

Agrandir

Ford a annoncé le 25 juillet qu'il allait engager une vaste restructuration devant se traduire par une charge de 11 milliards $ dans ses comptes dans les trois à cinq prochaines années.

Photo Edgard Garrido, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le constructeur automobile américain Ford, qui a annoncé fin juillet une vaste restructuration, a indiqué vendredi qu'il allait réduire ses effectifs sans toutefois préciser l'ampleur du plan social envisagé.

«Nous sommes au début de la réorganisation de nos employés à l'échelle mondiale pour soutenir les objectifs stratégiques de l'entreprise, créer un environnement de travail plus dynamique et plus adapté à l'activité», a indiqué le groupe dans une déclaration écrite transmise à l'AFP vendredi soir.

«La réorganisation se traduira par une réduction des effectifs au fil du temps et cela dépendra de la situation géographique et de l'équipe», a-t-il ajouté, précisant qu'il donnerait «davantage de détails en temps voulu».

Ford a annoncé le 25 juillet qu'il allait engager une vaste restructuration devant se traduire par une charge de 11 milliards $ dans ses comptes dans les trois à cinq prochaines années.

Mais il n'avait alors pas précisé si cela se traduirait par des suppressions d'emplois ou des fermetures d'usines.

Il s'était alors contenté d'indiquer envisager de revoir le design de certains modèles, de ré-allouer ses liquidités vers les segments rentables et de réexaminer certains partenariats stratégiques.

Fin avril, la marque à l'ovale bleu avait déjà décidé de ne plus investir dans les voitures compactes en Amérique du Nord, région dominée par les grosses voitures.

En Asie, et plus particulièrement en Chine, son portefeuille n'a pas été revu depuis longtemps, tandis qu'en Europe le groupe déplore un manque de productivité et un «manque d'efficacité», qui ont conduit à des pertes dans les deux régions au deuxième trimestre.

Le 26 septembre, le constructeur américain avait par ailleurs indiqué que les taxes à l'importation imposées par le président Donald Trump sur l'acier et l'aluminium aux partenaires commerciaux des États-Unis avaient déjà coûté un milliard $ en bénéfices.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer