Source ID:; App Source:

General Motors va supprimer 2000 emplois aux États-Unis

Le siège social de General Motors à Detroit... (PHOTO JEFF KOWALSKY, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le siège social de General Motors à Detroit

PHOTO JEFF KOWALSKY, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

General Motors, le premier constructeur automobile américain, a annoncé mercredi la suppression de plus de 2000 emplois dans des usines du nord des États-Unis.

Cette annonce survient au lendemain de la victoire du candidat républicain à la présidence américaine Donald Trump qui avait protesté contre les réductions d'emplois dans l'industrie automobile qu'il attribue aux accords de libre-échange signés par les États-Unis.

Les usines concernées sont celles de Lansing Grand River (Michigan) et Lordstown (Ohio): 839 emplois seront supprimés dans la première et 1245 dans la seconde après la suppression d'une troisième équipe de production en janvier du fait du ralentissement des ventes de certains modèles de voitures, délaissés au profit des VUS.

GM a parallèlement annoncé des investissements de 916 millions de dollars dans trois sites (Toledo dans l'Ohio, Lansing Grand River et Bedford dans l'Indiana) permettant le maintien de quelque 800 emplois.

L'action GM perdait 4,30 % à 30,37 dollars vers 13h30 à Wall Street.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer