Saputo s'est délesté d'une importante usine en Australie, où elle vient d'avaler la coopérative Murray Goulburn pour 1,3 milliard, en la cédant à l'un de ses principaux rivaux dans ce marché, Bega Cheese, pour 244 millions CAN.

Julien Arsenault LA PRESSE CANADIENNE

La vente du site de Koroit, situé dans l'État de Victoria, avait été exigée par les autorités réglementaires australiennes dans la foulée de la transaction confirmée au début du mois d'avril, qui fait de l'entreprise québécoise le plus important transformateur laitier de ce pays d'Océanie.

Cette usine aurait permis à Saputo de contrôler plus des deux tiers de la capacité de transformation dans cette région, ce qui inquiétait l'agence responsable de la concurrence et de la défense des consommateurs. Elle avait notamment soulevé des préoccupations entourant les prix offerts aux producteurs locaux pour leur lait.

Irene Nattel, de RBC Marchés des capitaux, s'est montrée agréablement surprise du prix obtenu par l'entreprise québécoise pour le site de Koroit, puisque sa prévision «conservatrice» était de 175 millions.

«Compte tenu de l'intérêt de plusieurs joueurs (de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de l'Union européenne et de la Chine), nous croyons que Saputo a été capable de négocier un prix plus qu'intéressant pour cet actif», a expliqué l'analyste dans une note envoyée par courriel, mercredi.

Mme Nattel n'a pas semblée étonnée de l'identité de l'acheteur, étant donné que Bega Cheese est l'une des principales sociétés du secteur en Australie, avec Fonterra.

«Cela est logique à notre avis, étant donné qu'une compagnie locale pourra mettre à profit son réseau existant dans le pays afin de générer des synergies et accroître sa capacité à payer (les producteurs laitiers)», a-t-elle indiqué.

L'usine de Koroit compte actuellement près de 110 employés et génère des revenus annuels estimés à 234 millions CAN. La clôture de la transaction est prévue pour le deuxième trimestre de l'exercice 2019.

Saputo avait d'abord mis le pied en Australie en 2014, grâce à l'acquisition de Warrnambool Cheese & Butter.

L'entreprise québécoise a toutefois du pain sur la planche, puisqu'elle devra redresser les activités de Murray Goulburn. La coopérative australienne, qui  éprouve des difficultés financières depuis des années, a généré une perte nette de 60,2 millions pour la période de neuf mois terminé le 31 mars, par rapport à une perte de 72,3 millions pour la même période de l'exercice précédent.

Ses revenus ont été de 1,62 milliard, alors qu'ils avaient été de 1,77 milliard pour les neuf premiers mois de l'exercice financier 2017.

Ces informations se trouvent dans les états financiers de Murray Goulburn, qui ont été déposés par Saputo auprès des autorités réglementaires canadiennes mardi et qui ont fait l'objet d'une analyse indépendante d'un auditeur.

Toutefois, Murray Goulburn comptait 169 millions en trésorerie à la fin mars, soit considérablement plus que les 18 millions de la même période en 2017.

Lundi, par l'entremise d'un communiqué transmis à la Bourse australienne, la coopérative avait indiqué ne pas avoir été impliquée dans la préparation des états financiers réalisés par Saputo pour les neuf premiers mois de son exercice financier.

«Murray Goulburn a l'intention de dévoiler ses résultats financiers consolidés audités pour l'exercice financier qui se termine le 30 juin plus tard, en août», peut-on y lire.

Fondée en 1954, Saputo est également présente au Canada, aux États-Unis ainsi qu'en Argentine. La société compte plus de 12 800 employés.