Source ID:c0e1b883-bece-40c3-b605-a443e66bed10; App Source:alfamedia

Les maraîchers vont quitter le Marché Central

Dès le rachat du Marché Central en 2004,... (Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse)

Agrandir

Dès le rachat du Marché Central en 2004, bcIMC a souhaité récupérer le terrain de 760 000 pieds carrés sur lequel est située la Place des producteurs pour pouvoir agrandir son centre commercial.

Photo Marco Campanozzi, Archives La Presse

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

L'Association des producteurs maraîchers du Québec (APMQ) a conclu une entente de principe avec le propriétaire du Marché Central pour que ce dernier rachète son bail, encore valide pendant près de 35 ans.

Le propriétaire, bcIMC (British Columbia Investment Management Corporation), une sorte de Caisse de dépôt et placement britanno-colombienne, payera 30 millions aux maraîchers pour qu'ils libèrent la place, au plus tard le 30 septembre 2019.

La centaine de producteurs ont voté à 77 % en faveur de la vente du bail au début de décembre, indique dans un entretien André Plante, directeur général de l'APMQ.

Les producteurs horticoles discutent en priorité avec le promoteur Montoni en vue de s'établir dans l'ancien centre de distribution Sears, rue Thimens, face au centre commercial Place Vertu, dans l'arrondissement de Saint-Laurent. « Il n'y a rien de réglé, précise toutefois M. Plante. On est en négociations avec Montoni. »

Les producteurs de fruits et légumes occuperaient 200 000 pieds carrés à l'intérieur du bâtiment de 1 million de pieds carrés acquis par Montoni, l'an dernier, au prix de 50 millions de dollars.

Le nouvel emplacement permettrait aux producteurs d'avoir des installations intérieures et réfrigérées. Il est aussi important de pouvoir y aménager un marché public au détail pour les quelque 25 producteurs de fleurs en pot.

Mise à niveau

« Le marché évolue. Il n'est plus ce qu'il était, explique M. Plante. Avant, 80 % des fruiteries se déplaçaient et magasinaient leurs fruits et légumes la nuit sur les quais extérieurs du Marché Central. La nouvelle génération ne veut pas passer la nuit à acheter ses fruits et légumes.

« La façon de répondre aux besoins du client, c'est de travailler dans un environnement intérieur où il y aurait du personnel disponible 24 heures sur 24 pour vendre les légumes et offrir des services additionnels aux producteurs comme la consolidation des commandes aux clients. On va ainsi se mettre à niveau avec l'offre de service proposée par les grossistes. »

Ces dernières années, les principaux grossistes en fruits et légumes ont aménagé des installations dernier cri. Ce fut le cas de Ten Star, Courchesne Larose, Canadawide, J.B. Laverdure et Chenail. Il devenait essentiel pour la Place des producteurs de leur emboîter le pas.

Fin d'une époque

Une page d'histoire va se tourner quand les producteurs quitteront le Marché Central puisqu'ils y vendent leurs produits aux fruiteries et au réseau HRI (hôtels, restaurants et institutions) depuis 1960.

Dès le rachat du Marché Central en 2004, bcIMC a souhaité récupérer le terrain de 760 000 pieds carrés sur lequel est érigée la Place des producteurs pour pouvoir agrandir son centre commercial.

En 2010, l'APMQ avait une offre pour déménager sur le terrain du Club de golf métropolitain, à Anjou. Elle avait toutefois décliné la proposition à la suite du refus de ses membres de migrer vers l'est.




la boite: 4391560:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer