Après plusieurs trimestres d'inflation forte dans leur panier d'alimentation, les consommateurs profitent enfin d'un répit depuis quelques mois, indiquent les plus récentes données de Statistique Canada.

Mis à jour le 27 juill. 2016
Martin Vallières LA PRESSE

Au Québec en particulier, le taux d'inflation des aliments achetés en magasin est retombé à zéro en juin, sur une base annualisée. C'est tout un revirement par rapport au taux d'inflation de 3,8 % mesuré l'an dernier, et qui était le plus élevé en cinq ans.

Ce répit est encore plus marqué dans certaines catégories d'aliments comme les viandes - baisse des prix de 1 % en mi-année 2016 après deux années d'inflation à plus de 8 % - et les légumes frais, en hausse modérée de 3,2 % après deux années à plus de 5 % d'inflation.

Pas de doute, il s'agit d'un soulagement pour le budget des consommateurs. Mais pour les principaux détaillants en alimentation, comme les Loblaws, Metro et Sobeys, ce ressac de l'inflation augure une conjoncture d'affaires plus compliquée.

D'autant qu'il survient alors que Walmart et Costco accentuent leur expansion dans le marché alimentaire au Canada. 

« Depuis quelques mois, les gros détaillants en alimentation perdent peu à peu l'avantage de l'inflation pour augmenter leurs résultats dans un marché en faible croissance. En même temps, la concurrence des prix s'intensifie, comme en témoignent les baisses de prix promues notamment chez Sobeys/IGA et Walmart », résume l'analyste Keith Howlett, spécialiste des détaillants chez Valeurs Mobilières Desjardins (VMD), dans une note publiée lundi.

« Avec l'inflation alimentaire qui s'atténue, les perspectives d'affaires des détaillants en alimentation sont beaucoup moins robustes qu'à pareille date l'an dernier. » - Keith Howlett

« Les prochains résultats trimestriels de Loblaws [aujourd'hui] et de Metro [le 12 août] devront nous éclairer sur la façon dont ils s'adaptent à cette conjoncture d'inflation moindre. »

DEUX PRINCIPALES MENACES

Chez la Financière Banque Nationale, l'analyste Vishal Shreedhar attribue à trois facteurs principaux la conjoncture plus exigeante pour les détaillants en alimentation : « le ralentissement de l'inflation des prix des aliments, la concurrence accrue des prix et des promotions, et la croissance continue des grands magasins à bas prix [discount] par rapport aux supermarchés ».

Costco (90 grands magasins-entrepôts) et Walmart (317 « Supercentres » alliant supermarché et grand magasin) sont les deux principales menaces.

« Costco et Walmart sont des concurrents majeurs et encore grandissants dans le marché de l'alimentation au Canada. Costco a le plus d'impact sur les supermarchés traditionnels (Provigo, Metro, IGA) alors que Walmart concurrence de plus en plus les enseignes à bas prix (Maxi, Super C) », indiquait Keith Howlett dans une note publiée à la mi-juin.

Après l'examen de ses plus récents résultats, M. Howlett estime que les ventes alimentaires de Walmart au Canada le situent maintenant au troisième rang (selon les revenus) parmi les détaillants en alimentation, derrière Loblaws et Sobeys/IGA mais au coude-à-coude avec Metro et Costco.