(Ottawa) Le marché de l’habitation canadien a été encore au ralenti en mai, alors que les ventes et les prix des propriétés existantes ont diminué et que les inscriptions ont augmenté.

La tendance s’est produite à la fois au cours du mois précédent et par rapport à mai 2023, mais pourrait commencer à s’inverser après que la Banque du Canada a procédé à sa première réduction des taux d’intérêt en quatre ans, a indiqué lundi l’Association canadienne de l’immobilier (ACI).

« Mai a été un autre mois tranquille pour le marché de l’habitation au Canada, et c’était peut-être le dernier maintenant que les taux d’intérêt ont baissé », a souligné Shaun Cathcart, économiste principal de l’ACI, dans un communiqué.

Au cours du mois, le nombre de propriétés vendues a diminué de 5,9 % par rapport à mai de l’année dernière, et de 0,6 % par rapport à avril en données désaisonnalisées.

Le prix moyen national pour le mois de mai s’est élevé à 699 117 $, en baisse de 4 % par rapport à l’année précédente, mais en hausse de 1 % d’un mois à l’autre.

Le prix de référence de l’ACI, qui vise à suivre les propriétés typiques, était en baisse de 2,4 % par rapport à l’année dernière et de 0,2 %, désaisonnalisé, par rapport à avril.

Les nouvelles inscriptions résidentielles ont augmenté de 13,5 % à l’échelle nationale par rapport à l’année dernière et de 0,5 % par rapport à avril après désaisonnalisation.

Les portraits régionaux varient cependant considérablement, avec des ventes dans le Grand Vancouver en baisse de 19,8 % par rapport à l’année dernière et dans le Grand Toronto en baisse de 22,2 %, tandis que les ventes à Edmonton ont augmenté de 19,4 % et l’activité à Winnipeg a augmenté de 14 %.

Les ventes ont augmenté de 4,7 % dans le Grand Montréal, tandis qu’elles ont fait un bond de 3,5 % dans la région de Québec.

Dans les Maritimes, les ventes ont été en baisse de 3,2 % à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, et de 4,9 % à Halifax-Dartmouth.

Les coûts d’emprunt élevés et l’incertitude de la Banque du Canada ont tenu les acheteurs à l’écart en mai, mais cela pourrait commencer à changer après la baisse de son taux directeur par la banque centrale en juin, a souligné l’économiste Rishi Sondhi, de la TD, dans une note.

« Nous nous attendons à une performance plus solide en juin, dans un contexte de baisse des rendements obligataires, a-t-il affirmé. À l’avenir, de nouvelles baisses de taux sont probables, ce qui devrait ouvrir la voie à un second semestre 2024 plus solide. »