(New York) L’enveloppe typique de rémunération des dirigeants d’entreprises du S&P 500 a bondi de près de 13 % l’année dernière, dépassant largement les gains des travailleurs à un moment où l’inflation exerçait une pression considérable sur les budgets américains.

La rémunération médiane des PDG s’est élevée à 16,3 millions US, en hausse de 12,6 %, selon les données analysées pour l’Associated Press par Equilar. Dans le même temps, les salaires et avantages sociaux des travailleurs du secteur privé ont augmenté de 4,1 %. Dans la moitié des entreprises interrogées dans l’enquête salariale de cette année, il faudrait près de 200 ans au travailleur situé au milieu de l’échelle salariale de l’entreprise pour récolter la même rémunération que son PDG en une année.

Les PDG ont été récompensés, car l’économie américaine a fait preuve d’une résilience remarquable, soutenant de solides bénéfices et stimulant les cours des actions. Après avoir traversé la pandémie, les entreprises ont été confrontées à des défis liés à une inflation persistante et à des taux d’intérêt plus élevés. Environ deux douzaines de PDG interrogés dans l’enquête annuelle de l’AP ont reçu une augmentation de rémunération de 50 % ou plus.

« Dans ce marché post-pandémique, les conseils d’administration souhaitent récompenser et retenir les PDG lorsqu’ils ont le sentiment d’avoir un bon leader en place, a déclaré Kelly Malafis, associée fondatrice de Compensation Advisory Partners à New York. Tout cela combiné conduit à une augmentation de la rémunération. »

Mais Sarah Anderson, qui dirige le projet sur l’économie mondiale à l’Institute for Policy Studies, estime que l’écart de revenus entre les hauts dirigeants et les travailleurs contribue au mécontentement général des Américains à l’égard de l’économie.

« L’accent est mis ici sur l’inflation, que les gens ressentent réellement, mais ils ressentent davantage la douleur de l’inflation parce qu’ils ne voient pas leurs salaires augmenter suffisamment », a-t-elle fait valoir.

De nombreuses entreprises ont répondu aux appels des actionnaires visant à lier plus étroitement la rémunération des PDG à la performance. Par conséquent, une grande partie des rémunérations consiste en des attributions d’actions, que le PDG ne peut souvent pas encaisser pendant des années, voire pas du tout, à moins que l’entreprise n’atteigne certains objectifs, généralement un cours de bourse ou une valeur marchande plus élevé ou une amélioration des bénéfices d’exploitation. L’attribution médiane d’actions a augmenté de près de 11 % l’année dernière, contre une augmentation de 2,7 % des bonis.

L’étude de l’AP sur la rémunération des PDG comprenait les données salariales de 341 dirigeants d’entreprises du S&P 500 qui ont servi au moins deux exercices complets consécutifs dans leurs entreprises, qui ont déposé des déclarations de procuration entre le 1er janvier et le 30 avril.

Meilleurs salariés

Hock Tan, PDG de Broadcom, est arrivé en tête de l’enquête avec une rémunération évaluée à environ 162 millions US.

Broadcom a attribué à M. Tan des actions d’une valeur de 160,5 millions US le 31 octobre 2022 pour l’exercice  2023 de la société. M. Tan a la possibilité de gagner jusqu’à 1 million d’actions à partir de l’exercice 2025, selon un dossier de titres, à condition que les actions de Broadcom atteignent certains objectifs – et s’il reste PDG pendant cinq ans.

À l’instar de son rival Nvidia, Broadcom surfe sur la frénésie actuelle de l’intelligence artificielle parmi les entreprises technologiques. Ses puces sont utilisées par des entreprises et des entités publiques telles que les grandes banques, les détaillants, les opérateurs de télécommunications et les organismes gouvernementaux.

Les autres PDG en tête de l’enquête sont William Lansing de Fair Isaac (66,3 millions US)  ; Tim Cook d’Apple (63,2 millions US) ; Hamid Moghadam de Prologis (50,9 millions US) ; et Ted Sarandos, co-PDG de Netflix (49,8 millions US).

Chez Apple, la rémunération de M. Cook représentait une baisse de 36 % par rapport à l’année précédente. M. Cook a demandé une réduction de salaire pour 2023, en réponse au vote lors de l’assemblée annuelle d’Apple de 2022, où seulement 64 % des actionnaires ont approuvé son plan de rémunération.

La méthodologie de l’enquête excluait les PDG tels que Nikesh Arora de Palo Alto Networks (151,4 millions US) et Christopher Winfrey de Charter Communications (89 millions US).

Bien que les documents déposés sur les titres montrent qu’Elon Musk n’a reçu aucune rémunération en tant que PDG de Tesla, son salaire est actuellement au premier plan au sein du constructeur de voitures électriques. M. Musk demande aux actionnaires de rétablir une enveloppe salariale qui a été annulée par un juge du Delaware, qui a déclaré que le processus d’approbation de l’enveloppe était « profondément vicié ». Les compensations, principalement des actions attribuées, évaluées à 2,3 milliards US lorsqu’elles ont été accordées en 2018, sont désormais estimées à environ 45 milliards US.

Rémunération du PDG par rapport aux travailleurs

Les travailleurs à travers le pays ont obtenu des salaires plus élevés depuis la pandémie, les salaires et avantages sociaux des employés du secteur privé ayant augmenté de 4,1 % en 2023 après une augmentation de 5,1 % en 2022, selon le département du Travail.

Même avec ces progrès, l’écart entre les hauts dirigeants et les employés ne cesse de se creuser. La moitié des PDG interrogés dans l’enquête salariale de cette année gagnaient au moins 196 fois le salaire médian de leur employé. C’est une augmentation par rapport au chiffre de 185 observé lors de l’enquête de l’année dernière.

Femmes PDG

Plus de femmes ont participé à l’enquête que les années précédentes, mais leur nombre est encore minuscule par rapport à leurs homologues masculins. Sur les 341 PDG inclus dans les données d’Equilar, 25 étaient des femmes.

Lisa Su, PDG et présidente du conseil d’administration du fabricant de puces Advanced Micro Devices, a été la femme PDG la mieux payée de l’enquête AP pour la cinquième année consécutive au cours de l’exercice 2023, rapportant une rémunération évaluée à 30,3 millions US – stable par rapport à son programme de rémunération en 2022.