(Washington) Un responsable de la banque centrale américaine (Fed) a estimé jeudi qu’une nouvelle forte hausse des taux semble nécessaire lors de la réunion de septembre, car l’inflation est toujours très élevée et prendra du temps à ralentir.

Publié le 18 août
Agence France-Presse

« Je penche à ce stade, vers les 75 points de base », soit trois-quarts de point de pourcentage, comme lors des précédentes réunions, mi-juin et fin-juillet, a déclaré dans une interview au Wall Street Journal le président de l’antenne régionale de la Fed de St Louis, James Bullard, connu pour ses positions favorables à une politique monétaire restrictive.

« Nous devrions continuer à aller rapidement vers un niveau de taux directeurs qui exercera une pression à la baisse significative sur l’inflation », a souligné le responsable, qui fait partie cette année des votants au comité de politique monétaire (FOMC), organe de décision de la Fed.

Autrement dit, la Fed doit selon lui continuer, au cours de ses prochaines réunions, à opérer de forts relèvements des taux, jusqu’à atteindre la fourchette de 3,75-4,00 % d’ici la fin de l’année.

« Nous avons des données économiques relativement bonnes, et une inflation très élevée, donc je pense qu’il serait logique de continuer à augmenter le taux directeur et en territoire restrictif », a-t-il justifié.

« Je ne vois pas vraiment pourquoi vous voulez faire traîner les hausses de taux d’intérêt l’année prochaine » au lieu de les effectuer en 2022, a ajouté M. Bullard.

Il a souligné ne pas être certain que l’inflation ait atteint un pic, malgré le ralentissement observé en juillet, et prévoit un processus d’environ 18 mois pour ramener les pressions sur les prix à l’objectif de 2 % de la Fed, avec une trajectoire probablement en dents de scie.

« L’idée que l’inflation a atteint un sommet est un espoir, mais ça n’est pas réellement, statistiquement, dans les données, à ce stade », a souligné James Bullard.

Il anticipe par ailleurs une croissance au second semestre, alors que l’économie s’est contractée au cours des six premiers mois de l’année, et pense que le marché du travail restera également robuste.

Les minutes de la dernière réunion de la Fed, publiées mercredi, ont fait apparaître l’intention du comité monétaire de poursuivre les hausses de taux, tout en évoquant le « risque que [la Fed] puisse resserrer sa politique plus que nécessaire ».