Le gouvernement britannique a annoncé qu’il utiliserait un impôt sur les bénéfices exceptionnels des sociétés pétrolières et gazières pour recueillir des fonds destinés à des paiements directs aux ménages, pour un total d’environ 15 milliards de livres (environ 24 milliards de dollars), afin d’atténuer la crise du coût de la vie dans le pays.

Publié le 27 mai
Eshe Nelson The New York Times

Rishi Sunak, chancelier de l’Échiquier, a annoncé ces mesures jeudi, alors que le gouvernement subit une pression de plus en plus forte pour aider les ménages à faire face à la hausse rapide de l’inflation et des factures d’énergie. M. Sunak a déclaré que les sociétés pétrolières et gazières avaient bénéficié de la flambée des prix mondiaux des matières premières, en partie due à la guerre en Ukraine, et que l’argent pourrait être utilisé pour protéger les ménages à faibles revenus.

Les sociétés pétrolières et gazières devront payer une taxe de 25 % sur leurs bénéfices « extraordinaires ». Cette taxe sera temporaire et sera supprimée progressivement lorsque les prix de l’énergie reviendront à la normale, a déclaré M. Sunak. La taxe permettra de récolter environ 5 milliards de livres (environ 8 milliards de dollars) au cours de l’année prochaine, ce qui représente environ le tiers du coût des paiements directs aux ménages, a estimé le Trésor. Dans le cadre de ce nouveau prélèvement, il existe une allocation d’investissement qui aidera les entreprises à réduire leur impôt si elles réinvestissent leurs bénéfices en Grande-Bretagne.

PHOTO TOBY MELVILLE, ARCHIVES REUTERS

Rishi Sunak, chancelier de l’Échiquier

« Le secteur pétrolier et gazier réalise des bénéfices extraordinaires », a déclaré Sunak aux législateurs du Parlement. « Non pas en raison de changements récents en matière de prise de risque, d’innovation ou d’efficacité, mais en raison de la flambée des prix mondiaux des matières premières.

« C’est pourquoi je suis favorable à l’argument selon lequel il faut imposer ces bénéfices de manière équitable », a-t-il ajouté.

Une diversion ?

Le gouvernement britannique a été accusé d’être lent à annoncer des mesures plus offensives pour soutenir les ménages à faibles revenus dans un contexte de hausse des prix de l’alimentation et de l’énergie, ce qui amène les gens à faire des choix difficiles et souvent douloureux sur la façon de dépenser leurs revenus limités. Aujourd’hui, le gouvernement semble essayer de détourner l’attention des fêtes illégales organisées à Downing Street, après la publication mercredi d’un rapport très attendu sur ces rassemblements.

Les Britanniques devraient subir l’une des pires compressions de leurs revenus disponibles depuis des décennies. Le mois dernier, le taux d’inflation annuel de la Grande-Bretagne a grimpé à 9 %, le plus élevé depuis 40 ans. La confiance des consommateurs s’est effondrée. La banque centrale a prévu que l’inflation élevée limiterait les dépenses de consommation et a averti que la Grande-Bretagne risquait une récession.

Jeudi, Sunak a détaillé les paiements, bien que beaucoup ne seront pas envoyés avant la fin de l’année. Chaque ménage recevra 400 livres en octobre (près de 650 $ CAN). En outre, plus de 8 millions de ménages à faibles revenus recevront 650 livres (environ 1050 $ CAN), réparties en deux versements en juillet et à l’automne. Quelque 8 autres millions de retraités recevant déjà une aide pour leurs factures d’énergie recevront 300 livres vers la fin de l’année, et 6 millions de personnes bénéficiant de prestations d’invalidité recevront 150 livres supplémentaires en septembre. Les conseils locaux donneraient également 500 millions de livres (plus de 800 millions de dollars CAN) en octobre pour aider les ménages.

En avril, le plafond des prix des factures d’énergie des ménages a augmenté de 54 %, portant la somme que 22 millions de ménages paient à environ 2000 livres, soit environ 3200 $ CAN par année. Le gouvernement a accordé à la plupart des ménages une réduction de 150 livres sur leurs factures en avril et a déclaré qu’il offrirait encore une réduction de 200 livres en octobre, à rembourser sur cinq ans.

Le gouvernement a augmenté cette aide, car les factures devraient encore augmenter. Cette semaine, le directeur de l’Ofgem, qui fixe le plafond des prix, a déclaré que ce plafond pourrait être augmenté de 800 livres supplémentaires en octobre. Jeudi, M. Sunak a déclaré qu’il supprimerait le plan de remboursement de l’aide d’octobre et qu’il la doublerait pour la porter à 400 livres.

Cet article a été initialement publié dans The New York Times.

Lisez l’article original (en anglais)