(Washington) La Banque centrale américaine a annoncé mercredi une hausse de ses taux directeurs d’un demi-point de pourcentage, premier tour de vis de cette ampleur depuis mai 2000, pour tenter de contrôler l’inflation qui est au plus haut depuis 40 ans.

Mis à jour le 4 mai
Delphine TOUITOU et Virginie MONTET Agence France-Presse

Le Comité de politique monétaire (FOMC) a ainsi porté ces taux d’intérêt dans une fourchette comprise entre 0,75 % et 1 %, à l’issue d’une réunion de deux jours. Il estime en outre que « d’autres hausses seront justifiées », d’autant que la guerre en Ukraine et les nouveaux confinements en Chine aggravent la pression sur les prix et les problèmes de logistique.

Jerome Powell, le président de la puissante Réserve fédérale, a ensuite précisé au cours d’une conférence de presse que d’autres hausses d’un demi-point de pourcentage seraient « sur la table lors des deux prochaines réunions », soit les 14-15 juin et les 26 et 27 juillet.

Il n’a pas donné d’indication sur la suite, sans pour autant affoler Wall Street qui a terminé dans le vert : le Dow Jones clôturant en hausse de 2,81 % et le S&P de 2,99 %.

En mars, la Fed avait commencé à relever ses taux, pour la première fois depuis 2018. Mais elle avait agi avec prudence en les portant dans une fourchette comprise entre 0,25 et 0,50 %, soit une hausse de 0,25 point de pourcentage.

Elle avait toutefois signalé sa volonté de procéder à six autres hausses cette année, soit autant que de réunions d’ici à fin 2022.

Depuis, l’inflation a continué de grimper. Aggravée par la guerre en Ukraine, elle a atteint en mars un sommet jamais vu depuis décembre 1981 : +8,5 % sur un an, selon l’indice CPI.

Marché du travail « extrêmement tendu »

Il est « absolument essentiel de baisser l’inflation », a martelé « Jay » Powell mercredi.

La Banque centrale américaine a deux missions principales : assurer la stabilité des prix et le plein emploi.

M. Powell a répété qu’avec un taux de chômage très faible (3,6 %), une pénurie de main-d’œuvre, des démissions par millions chaque mois et des offres d’emplois pléthoriques, le marché du travail était « extrêmement tendu » et à un niveau « malsain ».

Pour attirer les candidats et fidéliser leurs employés, les entreprises augmentent les salaires, ce qui a pour effet d’alimenter l’inflation.

Outre la hausse des taux directeurs, la Fed a annoncé qu’elle allait commencer à réduire son bilan dès le 1er juin, une autre étape majeure de la normalisation de la politique monétaire.  

Concrètement, la Fed ne va plus racheter de titres et va laisser les obligations arriver à échéance, ce qui entraînera une diminution mécanique de son bilan.

Le contexte international a changé depuis mars. La croissance mondiale a ralenti en raison de la guerre en Ukraine et des confinements en Chine.

Pas de récession en vue ?

Mais Jerome Powell a estimé que l’économie américaine était « forte ». Et, a-t-il dit, rien […] ne suggère qu’elle est proche ou vulnérable à une récession « .  

 » Bien sûr, compte tenu des évènements dans le monde, de la disparition des effets de la politique budgétaire et de la hausse des taux, l’activité économique pourrait être plus lente « en 2022, après » une année de croissance extraordinairement forte «, a-t-il souligné.

Le Produit intérieur brut (PIB) du pays s’est contracté de 1,4 % au premier trimestre. Mais la Fed argue que » les dépenses des ménages et les investissements fixes des entreprises sont restés élevés « .  

De plus, » les gains d’emplois ont été robustes au cours des derniers mois «, note la Fed. Les chiffres de l’emploi pour avril seront publiés vendredi.

Pour l’heure, les économistes restent globalement optimistes, estimant eux aussi que la consommation se maintient malgré l’inflation.

Enfin, les dirigeants de la Fed ont assuré être en mesure de ramener l’inflation à leur objectif de 2 % sans porter les taux à plus de 3 % pour éviter de faire caler la demande. Il s’agit, selon Jerome Powell, d’une fourchette » neutre « qui ne pourra ni stimuler, ni ralentir la croissance économique.

 » Le Comité est particulièrement attentif aux risques d’inflation «, insiste la Fed.

M. Powell a enfin estimé que la Fed avait de » bonnes chances « de parvenir à un » atterrissage en douceur «, c’est-à-dire relever les taux sans précipiter l’économie vers une récession ou provoquer une hausse du chômage, à supposer que » les conditions économiques et financières évoluent de manière cohérente « avec les attentes de la banque centrale.

La hausse des taux d’un demi-point a été votée à l’unanimité.