(Washington) La secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen a jugé jeudi possible de ramener d’ici la fin de l’année l’inflation autour de 2 %, un taux jugé bon pour l’économie.

Publié le 20 janvier
Agence France-Presse

« Je m’attends à ce que l’inflation annuelle reste, pendant une grande partie de l’année, supérieure à 2 % », a déclaré la ministre de l’Économie et des Finances de Joe Biden, interrogée sur la chaîne CNBC.

« Mais si nous réussissons à contrôler la pandémie, je m’attends à ce que l’inflation diminue au cours de l’année et, espérons-le, revienne à des niveaux normaux d’ici la fin de l’année, autour de 2 % », a-t-elle dit, tout en soulignant qu’il y avait « beaucoup d’incertitude ».

Les prix ont grimpé de 7 % aux États-Unis en 2021, leur rythme le plus rapide depuis près de 40 ans.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons pour résoudre les problèmes de chaîne d’approvisionnement qui font grimper les prix », a souligné Mme Yellen, ajoutant que « la Réserve fédérale a un rôle important ».

Elle a reconnu que le niveau et la persistance de l’inflation avaient été bien supérieurs à ce qui avait été prévu : « nous avons été frappés par une pandémie qui a créé des défis économiques qu’aucun de nous n’avait anticipés ».

« L’inflation a augmenté plus que ce à quoi s’attendaient la plupart des économistes, y compris moi, et bien sûr, il est de notre responsabilité avec la Fed (banque centrale, NDLR) d’y remédier et nous le ferons », a-t-elle assuré.

L’opposition républicaine, notamment, accuse la politique fiscale de Joe Biden d’être inflationniste, à travers des plans de relance trop généreux. Mais pour Janet Yellen, ces dépenses ont évité à la première économie du monde de sombrer, et ont permis de limiter les inégalités.

Elle a ainsi invité à se pencher sur « toutes les mauvaises choses […] qui auraient pu se produire sans les interventions que nous avons faites avec le plan de relance américain », comme « un taux de chômage élevé » durable ou l’aggravation de la « pauvreté chez les enfants ».

« Nous craignions énormément (que cela) se produise », a-t-elle commenté.